Quelque chose m’a frappé aujourd’hui,

Je t’ai regardé et me suis demandé si tu voyais les choses comme moi,

 

Les gens tiennent à nous blâmer

Ça m’a frappé aujourd’hui

 

Nous le prenons mal tout le temps,

Pourquoi ne pas laisser passer ?

Réponds moi seulement, tu as changé d’avis

Nous nous battons avec les yeux de l’aveugle

En le prenant mal

 

Encore maintenant,

Nous nous sentons comme des papiers qui vous étouffent toutes les nuits,

Ils me disent « Fils, nous te désirons, sois insaisissable mais ne t’éloigne pas trop »

Puisque nous formons les nouveaux garçons à tromper leurs proches

Puisque tu danses là où les chiens se décomposent, en chiant de l’ecstasy,

Tu n’es qu’un allié du parasite lubrique

Louant le Roi vierge, je t’aime pourtant dans tes escarpins à la « baise-moi » et ta robe agile qui traîne

Oh, habille-toi, mon enfant, car je les entends arriver,

Pour tout ce que nous avons vu, pour tout ce que nous avons dit,

Nous sommes les morts

 

Quelque chose m’a ému ce matin

Je t’ai regardé et j’ai compté toutes les fois où on a couché ensemble,

Serrant notre amour à travers la nuit

 

En sachant que c’était juste

 

Maintenant j’espère que quelqu’un va faire attention à moi

Vivant dans le souffle d’un espoir à partager

Assuré, au nom des fils de notre amour, que quelqu’un va me remarquer

 

Mais maintenant,

Nous sommes les créatures montantes d’aujourd’hui, bloquées dans le film version longue de demain,

Le paradis est sur l’oreiller, son silence concurrence l’enfer

C’est un service 24h/24, garanti pour te faire parler

 

Les rues sont pleines d’une foule d’hommes

Disposés à être pendus et enterrés

Et les rideaux légendaires sont tirés autour de la Chute des naissances

Qui te suce pendant que tu dors

C’est le théâtre des financiers, compte-les, 50 par table

Blancs et dressés pour tuer

Oh, caresse-toi, mon scandaleux,

Puisque mes mains sont tout sauf flétries

Oh habille toi, mon enfant, car je les entends dans les escaliers

Pour tout ce que nous avons vu, pour tout ce que nous avons fait

Nous sommes les morts

Traduction libre de We Are The Dead, David Bowie

Pour poursuivre la route ensemble...
L’été invincible d’Albert Camus

Pour ma mère. J’ai toujours eu l’impression de vivre en haute mer, menacé, au cœur d’un bonheur royal. Albert Camus, La mer au plus près. « À midi sur les pentes à demi sableuses et couvertes d’héliotropes comme d’une écume qu’auraient laissée en se retirant les vagues furieuses des derniers jours, > Lire plus

Haut les cœurs ! Nous allons nous calmer

Le tueur arpente les rues, affamé, et finit par trouver sa proie, insouciante ou peureuse. Il la suit alors, calmement, jusqu’à trouver un repaire pour commettre son forfait. Sans savoir que je suis juste derrière lui. Je le tance, le défie, mais finis par éclater de rire. C’est peut-être se > Lire plus

Norman Mailer, Oh My America

"Alors, quand me pardonneras-tu d'être un homme ?" Serge Rezvani, Vers les confins. Lettre de Norman Mailer à sa femme Béatrice pendant la guerre du Pacifique durant laquelle il a écrit "Les Nus et les Morts" Capture du film  Norman Mailer, Histoires d'Amérique, France 2, 1998. > Lire plus

Sur Ecriture Charles Bukowski
Une clarté plus près de l’os | Sur l’écriture, de Charles Bukowski

Une lecture en roue libre de Charles Bukowski, Sur l'écriture, où l'on s'interrogera sur les limites et les outrances, et sur ce que peut un écrivain libre.

Arthur Cravan, précipité par Lacarelle

« Quelqu’un obstinément cherche à sortir de moi » Arthur Cravan. Les noyés sont des prophètes qui parlent la langue des signes dans des gestes si lents qu’ils balaient notre mémoire. Bertrand Lacarelle. « La mort dans les flots est-elle le dernier mot des forts ? » Robert Desnos.   Nous avons tous les trois > Lire plus

Easter ends | Qui viendra ?

« Mais tu oublies un peu vite le caractère tragique de la vie. » Non, mutique pourvoyeur de stupre, je ne l’oublie jamais. Je te regarde et tout en moi fracture pour te laisser revenir. Et je ne t’oublie pas, mais voilà tu disparais. Mais moi, je ne t’oublie pas. Je disparais. Mais > Lire plus