« Qui ne s’élève pas devient un raisonneur borné, avec lequel il devient difficile de débattre. »
Alors qu’en Chine ancienne la dynastie Han touche à sa fin (vers 220 après J.C.), un mystérieux maître Meou se détourne de l’administration du pouvoir, chemin habituel des lettrés, pour suivre la « Voie du Bouddha ». Le bouddhisme apparaît en Chine sous l’empereur Ming, probablement par les voies de l’Asie centrale, mais peut-être également par les circulations maritimes. Rares sont les documents parvenus nous permettant d’en attester formellement. Plusieurs bouddhismes se côtoient rapidement, et leur compréhension diffère selon qu’on se situe au Sud ou au Nord du pays. L’itinéraire assez inédit encore de maître Meou lui vaut de vives critiques de plus ou moins bonnes fois, confusions qu’il entreprend de dissiper dans ce traité composé de questions posées par ses détracteurs auxquelles il répond par des arguments précis et des images. « L’un des enjeux du Meou-tseu est de montrer la grande diversité des manières de « préparer la voie » au Bouddha en Chine », nous renseigne la traductrice Béatrice L’Haridon dans une longue, riche et très complète introduction, intellectuellement stimulante. Cette forme vivante qui rappelle nos dialogues platoniciens enchante par les explications fournies, les formules piquantes et les traits lumineux qu’elle recèle. De sorte qu’on en apprend mieux, sans (trop) peiner, sur la jeune réception des préceptes du Bouddha en Chine, et leur rapprochements – et écarts, avec le Tao et Confucius. L’édition, savante et bilingue, permet aux plus aventuriers de pousser loin, mais n’empêche pas les dilettantes de s’y promener avec délice, en rapportant de leur pèlerinage sans bouger de belles poignées d’orge pour l’âme.
/
[Sur la place des lettrés près du pouvoir] « Un lettré d’intention pure doit être invité (il ne peut proposer lui-même ses services), un ministre avisé attend d’être reçu. »
/
« Lorsque des gens calamiteux sont incapables de pratiquer la Voie bouddhique, la faute en revient-elle à cette Voie ? »
/
« Laozi a dit : « Lorsqu’il entend parler de la Voie, le lettré supérieur s’empresse de la pratiquer de toutes ses forces, le lettré moyen parfois y adhère, parfois la néglige, le lettré inférieur éclate de rire. » Je crains cet éclat de rire et pour cette raison je ne cherche pas à en parler. Il est possible d’étancher sa soif à une source, à un puits, sans attendre de trouver les grands fleuves. Ainsi, je continue à étudier les Classiques et leurs commentaires. »
/
« Confucius disait : « Ne pas parler à un homme avec qui on peut parler, c’est perdre un homme. Parler à un homme avec qui il est impossible de parler, c’est perdre ses mots. » Comme sagesse et folie ont chacune leur temps, le débat a sa propre portée. Comment pourrait-il s’agir de débattre seulement sans jamais pratiquer ? »
/
« Le sage a dit : « Ceux qui mangent des céréales sont perspicaces, ceux qui mangent des herbes sont stupides, ceux qui mangent de la viande sont téméraires, ceux qui mangent du souffle vivent longtemps. » »
/
Meou-tseu, Dialogue pour dissiper la confusion, traduit, introduit et commenté par Béatrice L’Haridon, bilingue chinois-français, Les Belles Lettres, Bibliothèque chinoise, 2017.
Pour poursuivre la route ensemble...
Le consentement à la vie | sur L’abattoir de verre de J.M. Coetzee

« Je ne suis pas intéressée par les problèmes, John – ni par les problèmes ni par la solution aux problèmes. J’abhorre cet état d’esprit qui voit la vie comme une succession de problèmes soumis à l’intellect en vue de leur solution. Un chat, ce n’est pas un problème. La chatte > Lire plus

Pascal Quignard : Si tous, lui non

« Montrer son dos à la société, s’interrompre de croire, se détourner de tout ce qui est regard, préférer lire à surveiller, protéger ceux qui ont disparu des survivants qui les dénigrent, secourir ce qui n’est pas visible, voilà les vertus. Les rares qui ont l’unique courage de fuir surgissent au > Lire plus

Du plomb dans la masse – Viande, de Martin Harniček

Simon regardait à l’intérieur d’une vaste gueule. L’intérieur était tout noir. Et autour aussi tout devenait noir. […] Simon était à l’intérieur de la gueule. Il y tomba et perdit connaissance. William Golding, Sa Majesté des Mouches. Un peu de plomb dans l’aile afin de réfléchir à la manière de > Lire plus

Ще не вмерла України ~ Le Pingouin d’Andreï Kourkov : vivre sans excuses

« Les Ukrainiens sont individualistes, égoïstes, anarchistes, et ils n’aiment ni le gouvernement ni l’autorité. Ils pensent être capables d’organiser leur vie quel que soit le parti ou la force au pouvoir dans leur pays. S’ils n’aiment pas ce que font les autorités, ils descendent manifester. C’est pourquoi tout gouvernement > Lire plus

« Citer, c’est ruiner. » – Pascal Quignard, Les Heures heureuses

« Le mot rarus chez Spinoza est un mot opposé à la saturation. Rara laetitia : éparses les joies. Sed omnia praeclara tam difficilia quam rara sunt. Car tout ce qui est lumineux, tout ce qui est digne de lumière, est difficile autant qu’il est rare. »   Le 23 avril est une > Lire plus

De l’impossibilité d’être intellectuel et moral – Fernando Pessoa, L’Education du stoïcien

Le Baron de Teive, 20e du nom d’une illustre famille portugaise, va se donner la mort. Intellectuel et moral, il n’a rien pu laisser derrière lui, préférant brûler ses ébauches de manuscrits. Seul un ultime journal, courtes pages laissées en guise de témoignage testament, nous serait parvenu sous le nom > Lire plus

Vous souhaitez recevoir les articles ?

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.