Le blog littéraire de Paméla Ramos

 Si tous, moi non

en ligne depuis 2005

Programme

Ce qui me nourrit

Ce que je fais là

Ce qui me consume

Derniers nés

Simone Weil, La Personne et le Sacré – Le cri est infaillible

Simone Weil, La Personne et le Sacré – Le cri est infaillible

« Il est inutile d’expliquer à une collectivité que dans chacune des unités qui la composent il y a quelque chose qu’elle ne doit pas violer. D’abord une collectivité n’est pas quelqu’un, sinon par fiction ; elle n’a pas d’existence, sinon abstraite ; lui parler est une opération fictive. Puis, si elle était quelqu’un, elle serait quelqu’un qui n’est disposé à respecter que soi. »

lire plus
Paul Gadenne, L’Enfer de Sartre – La souffrance morne de l’athée révolté

Paul Gadenne, L’Enfer de Sartre – La souffrance morne de l’athée révolté

À vrai dire une seule chose intervient ici pour démentir quelque peu cette impression : la violence avec laquelle ces êtres s’en prennent à leur destin. Il y aurait beaucoup à dire là-dessus, car à vrai dire la révolte ne se justifie que si l’on peut en appeler à quelqu’un. Il n’y a pas de révolte concevable dans une prison sans gardiens, dans un univers privé de maître.

lire plus
Marcel Aymé, Le Confort intellectuel – Dégradation accélérée du romantisme

Marcel Aymé, Le Confort intellectuel – Dégradation accélérée du romantisme

Le malheur est en effet que depuis une trentaine d’années, il n’existe plus véritablement de snobisme. Ceux qui semblent encore préposés à cette fonction ne possèdent plus les vertus nécessaires de frivolité et d’instabilité. Ils prennent tout très au sérieux et ne gardent plus par devers soi cette légère réserve d’ironie qui permettait autrefois d’oublier et de repartir.

lire plus
Junichirô Tanizaki, Éloge de l’ombre – La fallacieuse beauté de la pénombre

Junichirô Tanizaki, Éloge de l’ombre – La fallacieuse beauté de la pénombre

Tout bien pesé, c’est parce que nous autres, Orientaux, nous cherchons à nous accommoder des limites qui nous sont imposées que nous nous sommes de tout temps contentés de notre condition présente ; nous n’éprouvons par conséquent nulle répulsion à l’égard de ce qui est obscur, nous nous y résignons comme à l’inévitable : si la lumière est pauvre, eh bien, qu’elle le soit ! Mieux, nous nous enfonçons avec délice dans les ténèbres et nous leur découvrons une beauté qui leur est propre.

lire plus

Derniers livres terminés

Le Visage de la main
Settembrini. Vie et opinions
Moronga
Les dieux cachés
Le Mal qui vient : Essai hâtif sur la fin des temps
Le Diable
Les Travaux et les Jours
Mon Bison
La Haine
Une vie en l'air
La pensée en otage: S'armer intellectuellement contre les médias dominants
Le théâtre des opérations. Journal métaphysique et polémique 1999
Nirliit
Histoire Masquee: Livre I - Hugues. Livre II - Marc. Livre III - Blandine
Les Racines du mal
Contre Les Galileens
L'Evasion des reflets
La Vraie Vie
Messe Rouge. Pourquoi je lis Villa Vortex de Maurice G. Dantec
L'Abattoir de verre

Un signe

Au hasard de la machine, un article remonte. Lequel sera pour vous ?

Là où il n’y a pas d’homme, efforce-toi d’être un homme.
Nelly Sachs

at Nullam mi, sit sem, leo. leo

Pin It on Pinterest