Le blog de

 Paméla Ramos

en ligne depuis 2005

Ce qui me nourrit

 

Ce que je fais là

 

Ce qui me consume

 

Remise en une

Dantec et Attar, les oiseaux de guerre 1/2

Nous étions quoi, en 2001 ? Bien sûr. Comment oublier cette année. J’ai 21 ans, et soudain les rayons de la grande surface qui m’emploie à la poissonnerie se vident comme les veines d’un habile suicidé. Une cliente en profite pour cacher rapidement deux steack hâchés dans ses sous-vêtements, image d’un pillage occidental miséreux, dérisoire, qui n’en finit pas de me marquer. Le « responsable » arrive en courant : « Il faut rentrer chez vous, il y a eu une explosion aux États-Unis. » Aux États-Unis ? ! Et il faut fermer une galerie marchande de Bordeaux ?

Dantec et Attar, les oiseaux de guerre 2/2

Écris comme si tu étais devant le tribunal qui va te condamner au bûcher, touche leur cœur en dépouillant le tien de fausses poses, c’est ta dernière tirade, alors, alors, que vas-tu leur dire pour ta défense ?
Mais plus encore, écris comme si l’on allait brûler la personne que tu aimes par-dessus toi, dans cette urgence sanguine de proférer les mots dont la performance dressera un bouclier autour d’elle. Tu n’as que tes mots, admettons que tes poings soient liés. Sauve-la. Sauve-toi.

Derniers nés

Un signe

Au hasard de la machine, un article remonte. Lequel sera pour vous ?

Derniers livres lus

Retrouvez-moi sur Goodreads, Babelio et Sens Critique

L'Evasion des reflets
La Vraie Vie
Messe Rouge. Pourquoi je lis Villa Vortex de Maurice G. Dantec
L'Abattoir de verre
Absolutely Golden
Journal d'un collabo ordinaire
Ils marchent le regard fier
Dans l'ombre de la peur : Le Big Data et nous
La contre-nature des choses
Le Livre des Livres
Tant bien que mal
Le Courage de dire non. Conversations et entretiens, 1963-2007
L'Endroit du paradis. Trois études
Examen de mon père
La Promesse d'Hector
Kulturindustrie
Sanglier
Fugitive parce que reine
Ce vide lui blesse la vue
Il y avait des rivières infranchissables

Inscription newsletter

Si tout ceci ne vous effraie guère, que vous en avez vu d’autres et que vous êtes à peu près d’accord pour faire un bout de chemin en ma compagnie, vous pouvez rejoindre ma liste d’inscrits à ce blog.

J’envoie rarement plus d’un mail par mois, pour récapituler les notes postées ici.

Conformément aux règles élémentaires de savoir-vivre, listées plus formellement dans les mentions légales et la politique de confidentialité de ce blog, je respecterai votre choix de désabonnement à tout moment.

mattis Curabitur felis Praesent dapibus ultricies adipiscing non commodo mi, sed

Pin It on Pinterest