Nous avions à présent croisé six carcasses déposées sur le côté, six réveillons compromis. Le vent avait recouvert de ses poignards de glace meurtriers, en moins d’une demi heure, toute la surface visible de l’autoroute, effaçant les dernières signalétiques.

Je suivais le mouvement du véhicule en rétrogradant sans la moindre brutalité, ignorant la pédale de frein qui nous mènerait immanquablement à augmenter les statistiques des accidentés de la portion Châteauroux-Vierzon.

Je m’arrêtais doucement sur le bas-côté.

La souffrance n’a aucune utilité intrinsèque. Je passe ma vie, je la dédie à combattre la souffrance, m’avait dit peu de temps auparavant ma passagère.

Tout ceci n’avait plus la moindre importance. Je n’étais pas arrivée encore à la fête que j’en étais déjà absente, excusée, repartie. Aucune souffrance. Un grand coma blanc. Multiplié par sept.

*

Vos cervicales… vos côtes… votre jonction dorso-lombaire… tout est dévié ou bloqué. Vous avez subi un accident de voiture ? Me demande le praticien catcheur dans son cabinet glacial. Je ne sais pas, non, j’ai traversé Noël, le lendemain, je sentais à peine mes jambes. Vous allez avoir les marques de mes ongles dans votre chair, je dois vraiment aller appuyer loin pour avoir une chance de dénouer le tout. Oui, à qui le dites-vous. Le coma n’est pas brisé, alors appuyez, je ne suis pas là. Une souffrance vive, lancinante, mais désincarnée. Multipliée par sept. Parce que je l’emmerde. Multipliée elle-même par sept. Je vais te mater, cela termine toujours ainsi. Donnez-moi votre tête, et poussez vers la fenêtre pendant que je fais le mouvement inverse. D’accord, faisons cela. C’est violent ? Bien. Tout a craqué. J’ai entendu. Cela devrait aller mieux, reposez-vous, ne portez rien. Bien. Pas sûre de savoir faire.

Meurtrissures, jambes et pieds gelés en retour, nausée, fatigue et grande absence. Mécanisme de défense. Multiplié par sept. J’entre dans l’ère de la Rénovation.

Je saisis la bouteille sur la table, et la repose immédiatement. Nausée, j’oubliais. Incompatible avec le grand cru. Saloperie de malédiction, cette nausée, moi qui soigne tout par l’alcool, le coma blanc et, avec un peu de chance, le sommeil. Réconciliation. Puis, en route.

Mais petite…

Tu le sais depuis le temps…

Tu retombes toujours.

*

This is the way the year ends.

This is the way the year ends.

Not with a bang but a whimper.

 

 

 

Pour poursuivre sur ce thème :
Mon bison au fond du puits

À propos de GAYA WISNIEWSKI, MON BISON, 2018 | Ils comprennent qu’au fond clapote une eau gorgée d’herbes démentes, une eau qui ensorcelle et donne la vie, une eau qui crée des contes et trempe la mine pour libérer le trait.

La tentation de dévisser – Hystérie collective

Sont-ils effrayés de comprendre au plus profond de leur tourment qu’ils sont à deux doigts de dévisser à tout jamais et d’aller gifler des inconnues pleurant leur père ?

Dérives de la convalescence

J’étais en bonne voie de guérison, j’avais retrouvé mes plus intenses résolutions. Je n’allais pas survivre low-cost, mon Argô n’était pas un charter, ma nudité serait crue et frontale et mon voyage aurait une valeur, donc un prix. En route, me dis-je, en éteignant la lumière.

Qui suis-je pour vous parler ?

Je suis pratiquement certaine de mon échec à me taire. La seule promesse que je me suis jamais faite est d’être ici pour rester.

Rues barbares et loup solitaire

À propos de Rues barbares. Survivre en ville, de Vol West et Piero san Giorgio | « Je salue le courage des forces de l’ordre » serait d’ailleurs, à n’en point douter, la phrase furieusement tendance en ouverture de toutes les soirées de fin d’année parisiennes.

leo commodo ipsum porta. neque. velit,

Pin It on Pinterest

Share This