Nous avions à présent croisé six carcasses déposées sur le côté, six réveillons compromis. Le vent avait recouvert de ses poignards de glace meurtriers, en moins d’une demi heure, toute la surface visible de l’autoroute, effaçant les dernières signalétiques.

Je suivais le mouvement du véhicule en rétrogradant sans la moindre brutalité, ignorant la pédale de frein qui nous mènerait immanquablement à augmenter les statistiques des accidentés de la portion Châteauroux-Vierzon.

Je m’arrêtais doucement sur le bas-côté.

La souffrance n’a aucune utilité intrinsèque. Je passe ma vie, je la dédie à combattre la souffrance, m’avait dit peu de temps auparavant ma passagère.

Tout ceci n’avait plus la moindre importance. Je n’étais pas arrivée encore à la fête que j’en étais déjà absente, excusée, repartie. Aucune souffrance. Un grand coma blanc. Multiplié par sept.

*

Vos cervicales… vos côtes… votre jonction dorso-lombaire… tout est dévié ou bloqué. Vous avez subi un accident de voiture ? Me demande le praticien catcheur dans son cabinet glacial. Je ne sais pas, non, j’ai traversé Noël, le lendemain, je sentais à peine mes jambes. Vous allez avoir les marques de mes ongles dans votre chair, je dois vraiment aller appuyer loin pour avoir une chance de dénouer le tout. Oui, à qui le dites-vous. Le coma n’est pas brisé, alors appuyez, je ne suis pas là. Une souffrance vive, lancinante, mais désincarnée. Multipliée par sept. Parce que je l’emmerde. Multipliée elle-même par sept. Je vais te mater, cela termine toujours ainsi. Donnez-moi votre tête, et poussez vers la fenêtre pendant que je fais le mouvement inverse. D’accord, faisons cela. C’est violent ? Bien. Tout a craqué. J’ai entendu. Cela devrait aller mieux, reposez-vous, ne portez rien. Bien. Pas sûre de savoir faire.

Meurtrissures, jambes et pieds gelés en retour, nausée, fatigue et grande absence. Mécanisme de défense. Multiplié par sept. J’entre dans l’ère de la Rénovation.

Je saisis la bouteille sur la table, et la repose immédiatement. Nausée, j’oubliais. Incompatible avec le grand cru. Saloperie de malédiction, cette nausée, moi qui soigne tout par l’alcool, le coma blanc et, avec un peu de chance, le sommeil. Réconciliation. Puis, en route.

Mais petite…

Tu le sais depuis le temps…

Tu retombes toujours.

*

This is the way the year ends.

This is the way the year ends.

Not with a bang but a whimper.

 

 

 

Pour poursuivre la route ensemble...
Sept auteurs capitaux contre le royaume des imbéciles, 1

Cette urne contiendra ce que l’univers n’a pu contenir. Septime Sévère devant sa future urne funéraire. Ce n’est pas le hasard, mais la finalité qui règne dans les œuvres de la Nature, et à un haut degré ; or, la finalité qui régit la constitution ou la production d’un être est > Lire plus

Mariette Navarro, Ultramarins

Un premier roman sorti de nulle part, ou plutôt de dix ans de gestation après une résidence d’écriture en pleine mer, voilà une surprise savoureuse. Depuis la découverte plutôt hideuse de la nouvelle édition de À Dos de Dieu, L’Ordure lyrique de Marcel Moreau chez Quidam, profané (il fallait le > Lire plus

Balthazar dans mon ventre

C’est la force de son ombre qui soutient sa stature. Et le rictus balafre un visage fatigué. Je n’avais jamais vu la puissante majesté d’un vrai désespéré. Et pourtant elle s’incarne dans cette grâce dépitée, forcenée de se taire. On me dit, je l’entends, prose guerrière, culte du héros. Je > Lire plus

Pascal Quignard : Si tous, lui non

« Montrer son dos à la société, s’interrompre de croire, se détourner de tout ce qui est regard, préférer lire à surveiller, protéger ceux qui ont disparu des survivants qui les dénigrent, secourir ce qui n’est pas visible, voilà les vertus. Les rares qui ont l’unique courage de fuir surgissent au > Lire plus

Sept auteurs capitaux contre le royaume des imbéciles, 2.

Première partie ici. « Animaux, ô chers aimés, ô cruels, ô mourants ; en train de se débattre, engloutis, digérés et assimilés, prédateurs et pourrissant dans leur sang ; en fuite, rassemblés, solitaires, entrevus, débusqués, traqués, rompus ; incréés, privés de Dieu, abandonnés, dans une vie trompeuse ainsi que des enfants trouvés ! » gémit Elias > Lire plus

Briser la ligne | Les mots du Mal, David B. Deckard

Les mots qu’on m’adresse semblent tous trempés dans du poison de dendrobate, et même s’ils ne visaient aucun organe vital, me frôlant, ils me contaminent et me promettent une agonie fastidieuse. Et pourtant, malgré tout, je ne meurs pas. Pas encore. Alors m’approcher du gouffre de David, je n’en avais > Lire plus