« Charles, je vais te traquer, je vais te retrouver, et je vais te faire du mal. »

Fut ma première (ré)impression à la relecture de Mon cœur mis à nu.

Dénichant ce petit trésor d’édition de 1945 pour une bouchée de pain, je décidai de le relire hier soir, pour me détendre d’une journée passée à me protéger des assauts d’éperviers mentaux (selon l’adorable formule d’Armand Robin dans La Fausse parole) ici sous la forme de fâcheux universitaires sous pseudonymes, chercheurs en humanisme, et apparemment encore loin d’avoir trouvé.

Mais la loi des séries est impitoyable, et je ne fus toujours pas sauve en ces pages. Lasse de me faire insulter, en tant que femme, pour la douzième fois, jusque dans les recoins d’une ombre qui normalement est amie, par un dandy, en ayant largement passé l’âge de trouver cela érotique, je me concentrai sur une « autre lecture » de ce petit recueil de « seconde main », une abîme émouvante.

Une femme ou un homme avait inscrit oct.1968 sur la page de garde, au crayon de bois. Puis, n’avait relevé que trois passages dans ce bref journal intime : celui sur la solitude, celui sur la torture stupide, et enfin celui sur le malentendu de tout amour (voir photos ci-dessous), qui sont en effet de très poignants morceaux parmi d’insupportables autres, à l’entière mesure de ce poète dont je n’ai jamais su, et tant mieux, si je l’aimais vraiment ou non. Quelle importance ? Ma soirée fut ainsi sauvée, oubliant mes tracas familiers et anecdotiques, rêvassant à ce lecteur d’avant qui me laissait ses intimes révélations entre les mains, quel était son chagrin, qui l’avait entendu ? Et je me persuade que de lui adresser aujourd’hui, ici, ce mot, ne le trouvera pas mais en trouvera d’autres.
Que j’aime ou non Baudelaire n’a aucun intérêt. Mais j’aime les bruissements et les traces laissées dans les ouvrages que je recueille à mon tour et qui sont à eux-seuls un autre livre qui se promet. Il faudrait écrire la vie de tous ces lecteurs d’avant nous dont ne nous restent que les fragments anonymes de leurs sélections ou commentaires sur une page, retrouvés des décennies plus tard.

N’empêche, Charles, concernant tes affronts répétés sur le beau sexe : tu ne perds rien pour attendre. Je pardonne les offenses mais je garde la liste.

(Pour être un peu plus claire, à l’endroit de ceux qui n’ont pas lu ce texte : Baudelaire entre autres fulgurantes insanités dont il a le secret y déverse avec une santé que je ne lui connaissais pas une telle ribambelle de haine contre les femmes qu’il finira immanquablement, passée l’inévitable et superficielle vexation, par provoquer l’éclat de rire.)

Pour poursuivre la route ensemble...
Se retrancher contre la plèbe – L’art du livre par André Suarès

"Comme une église s'offre à l'homme qui prie, le livre appelle une vie qu'anime la passion de connaître, qui cherche et qui médite. Un si bel objet, si pur et > Lire plus

Occupée – Julien Gracq, La Maison

« J’avais soudain la sensation absurde et en même temps extrêmement précise que le bois était d’une manière ou d’une autre occupé. »

Mado Marc Villemain
Refaire sa vie | Mado, de Marc Villemain

Marc Villemain donne ici son plus beau roman, à l'ardeur contagieuse et la menace permanente.

Mon Bison Gaya Wisniewski Paméla Ramos si tous moi non
Mon bison au fond du puits

À propos de GAYA WISNIEWSKI, MON BISON, 2018 | Ils comprennent qu’au fond clapote une eau gorgée d’herbes démentes, une eau qui ensorcelle et donne la vie, une eau qui crée des contes et trempe la mine pour libérer le trait.

Love birds songlines – Ali Cobby Eckermann, Ruby Moonlight

Le minier Jack et sa gemme Ruby s’enfoncent dans une nuit où ils voient, ils ne s’appartiennent pas mais se quittent et se retrouvent au rythme de leurs quêtes solitaires, alors que la violence stridente des possédés et des possédants, autour d’eux, fait rage et constamment les menace.

Littérature mondiale Martin Bodmer
Une place pour chacun, et chacun sa place avec Martin Bodmer

Voici donc notre bibliophile éperdu se livrant à ses carnets, et arpentant les questions infinies de la collection, de la sélection, de la magie des bons textes, à la recherche de fils d’Ariane dans nos labyrinthes, de définitions, de circonscriptions, battant l’air, frappant l’eau sans se décourager, cartographiant les époques, > Lire plus

Vous souhaitez recevoir les articles ?

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.