[J’ai eu aujourd’hui l’honneur de visiter Serge Rezvani dans sa maison parisienne. Le prétexte était de lui faire signer quelques livres à destination de lecteurs sensibles à ces attentions. Je voulais surtout voir ses tableaux, invisibles en ligne. J’ai obtenu ce jour plusieurs marques de confiance de la part de ce jeune homme de 86 ans, pétillant et attentif. L’une d’elle consiste à avoir obtenu l’autorisation de partager en ligne quelques-uns des détails de ces tableaux faisant parfois 3 mètres sur 2. J’ai décidé de les accompagner de deux passages de son étonnant dernier roman, Vers les Confins, dont j’achève la lecture. Je ne choisis pas ici les passages les plus « inspirés » ou les plus « intelligents », car l’auteur porte sur lui et dans ses yeux vifs la désinvolture d’un génie qui se montre en son plus désarmant naturel, et il ne se veut pas plus malin qu’il ne l’est, au bout d’une vie de lecture, d’amour (il restera 50 ans avec « Lula » avant qu’elle ne succombe à la maladie d’Alzheimer en 2004), d’écriture, de peinture et de musique. Ces deux leçons de vie, et ces quelques détails, ne sont pas peu de choses. C’est ce qu’elles peuvent cependant paraître, pour finir par faire leur chemin doux, profond et généreux sans le forcer dans notre âme chagrine, sauvée et consolée par cette heure recueillie auprès d’un homme simple et bon.]

Serge Rezvani, Tableau (détail)

Serge Rezvani, Tableau (détail)

« – Oui, je veux dire que la Vie est sans pensée, elle ! Sans programme, elle ! Que la Vie va s’épanouir là où se trouvent dans la Nature des interstices qui lui sont favorables. Elle s’improvise Vie !  Sans savoir qu’elle est Vie ! Voyez l’Australie. À peine s’était-elle détachée des autres continents qu’en quelques millions d’années elle invente les marsupiaux. N’est-ce pas sublime d’imaginer, avec notre étrange cerveau spécifiquement humain, que l’Univers se peuple à l’infini d’une Vie aveugle, sans conscience et à la fois de la même violence inventive que le Feu, lui aussi aveugle et sans conscience, des Mondes en fusion ? Que la Vie et le Feu cohabitent à l’infini dans l’Univers comme cohabitent Vie et Mort ? N’a-t-on pas découvert dans les abysses des mers les plus profondes – là où les feux telluriques jaillis du magma terrestre luttent avec l’eau – non seulement des particules de vie mais d’étranges amalgames de cellules formant des corps composés, munis d’étranges griffes et de crochets, capables de supporter des chaleurs proches de l’ébullition ?

Quand nous eûmes roulé un moment en silence, elle avait ajouté :

– La Vie ne connaît aucun obstacle. Et même quand je mets en garde ces bergers dont nous parlions tout à l’heure, à propos de la radioactivité des métaux qu’ils arrachent aux carcasses des grandes épaves ensablées, je sais qu’à l’échelle des générations, l’espèce humaine, le jour où elle sera atomisée, comme ces espèces animales ou végétales qui survivent et prolifèrent en dépit de tout autour des centrales nucléaires dévastées, oui l’espèce humaine même si elle est défigurée, même si elle est méconnaissable, je dis bien l’espèce humaine revenue s’il le faut à son animalité la plus primitive qui n’est que Vie sans figure humaine, s’arrangera pour survivre coûte que coûte en se réinventant autre par tâtonnements successifs. » (pages 102-103)

Serge Rezvani, Tableau (détail)

Serge Rezvani, Tableau (détail)

« – Voyez comme le désert est beau ! Ces dunes chauves ne sont-elles pas d’une poésie désolante ? Cette répétition silencieuse à l’infini de ces énormes vagues de sable figées vous étreint et à la fois vous projette hors du monde des apparences. Avouez que cet océan de sable est un chaos métaphysique…
Passant son bras sur mes épaules, il avait ajouté presque avec tendresse :
– Sachez-le, ami français, vous ne nous devez rien de votre vie. Pas plus que nous de la nôtre. Le concept même d’« âme neuronale » me séduit suffisamment sans que vous ayez pour cela à m’en donner l’origine, si cette origine vous est douloureuse.
Que vous en ayez inventé le terme nous suffit !
– Je n’ai rien à cacher ni à dire ici de ma vie. Cependant je me dois maintenant de vous avouer avoir vécu la plus douloureuse des expériences. Et cette expérience ne m’appartient pas exclusivement. Pas plus que ne lui appartiendrait exclusivement le récit d’un « revenant » ayant passé dans les deux sens la frontière de ce qu’on appelle pompeusement « le royaume des morts ».
Oui, j’ai assisté à la mort neuronale d’une âme ! J’ai vu l’âme de l’être qui m’était le plus proche dépérir au rythme de la mort de ses neurones, comprenez-vous ? À mesure que la maladie détruisait son cerveau, j’ai vu son âme dépérir, disparaître peu à peu jusqu’à ne même pas entrer dans la Mort.
– Vous voulez dire que…
– Je veux dire que ma femme est morte, atteinte irréversiblement d’une humiliante dégénérescence du cerveau – dont je me refuse à vous citer ici le nom devenu affreusement banal. Oui, son corps tant aimé est entré dans la Mort sans plus trace de son âme que j’ai connue si belle ! Comprenez-vous, elle est morte sans plus d’âme après sa vie qu’elle n’en avait eue avant sa naissance ! Orpheline pour l’éternité de toute « âme » ! Et moi définitivement orphelin aussi de son « âme » que j’ai vu, je le répète, lentement se détruire en même temps que l’irréversible extinction de ses neurones ! » (pages 172-173)

D’autres beaux extraits ici.

Serge Rezvani, Tableau (détail)

Serge Rezvani, Tableau (détail)

Pour poursuivre la route ensemble...
L’homme aux virgules de feu – José Carlos Becerra, Comment retarder l’apparition des fourmis

Puis José Carlos Becerra, ce Mexicain qui vivait « les doigts dans la flamme » pour reprendre le titre d’Octavio Paz, prit le virage de cette route d’Italie, en mai 1970, et abandonna ses trente-trois ans sur la chaussée comme une mue devenue trop petite, le manuscrit de Comment retarder > Lire plus

Lire le dehors, écouter dedans – Gary Snyder, Poème pour les oiseaux

"Vous devez être attentifs comme si un feu brûlait dans vos cheveux." Maître zen Deschimaru "En tant que poète, je porte sur terre les valeurs les plus archaïques. Elles remontent au Paléolithique supérieur : la fertilité du sol, la magie des animaux, la vision-puissance dans la solitude, la terrifiante initiation > Lire plus

Le sang des bois : évolution des enfièvrements

Mus par un sang noir hautement concentré, les hommes des bois sacrifient toute concession aux exigences de la vie normale (confort, hygiène, sociabilité) sur l'autel d'une existence entièrement adonnée à la forêt. Comme ce fut le cas pour leurs prédécesseurs illustres ou restés dans l'ombre, la force de cet enfièvrement > Lire plus

La France dépecée – Marion Messina, La peau sur la table

Marion Messina achève sa mission sans l'indélicatesse de nous condamner à nous positionner bassement. Elle expose, pour nous délivrer tous, ce qui dégrade, humilie et rejoint l’abject sans ciller.

Bavure médicale – Les 700 aveugles de Bafia, de Mutt-Lon

Tiré d'une affaire réelle, quoique tout à fait méconnue, Les 700 aveugles de Bafia permettent à l'auteur camerounais Mutt-Lon, dont c'est ici le second roman, de déployer un récit narratif prenant, sensible et sobre. Composé en flash-backs imbriqués, le roman se dévore pour l'intrigue sans doute plus que pour sa > Lire plus

Andreï Kourkov, Les Abeilles grises

Les Abeilles grises est le dixième roman de l’ukrainien de langue russe Andreï Kourkov à avoir été traduit en France (avec aussi son Journal de Maidan, tous aux éditions Liana Levi. A partir du début de la guerre en Ukraine, il ne s'exprimera et n'écrira plus qu'en ukrainien). Un drôle > Lire plus

Vous souhaitez recevoir les articles ?

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.