Et dans l’obscur taillis des êtres et des choses / Je regardai rôder, noir, riant, l’oeil en feu, / Satan, ce braconnier de la forêt de Dieu.
Victor Hugo, La Légende des siècles.

« Sur l’expression employée par David : « et le sanglier solitaire a dévoré ma vigne ».
Le Physiologue a parlé de cet animal : Il sort de la forêt de chênes et vient à découvert à la recherche d’un point d’eau pour se rouler dedans ; il s’en trouve ragaillardi et se rend dans la vigne pour dévorer les bourgeons ; il saccage la vigne, il la piétine et la rase. Mais s’il tombe sur une vigne qui a été bien barricadée il ne peut pas y pénétrer, pas plus qu’il ne peut dévorer les rameaux qui sont accrochés en hauteur.

Saint Basile a dit : « Le cochon qui sort de la forêt de chênes est l’image du diable » ; et David : « la vigne est l’image du monde ». Le diable est sorti, s’éloignant de la volonté de Dieu, et il rôde en cherchant le moyen de trouver une âme qui ne serait pas barricadée et n’aurait pas la crainte de Dieu ; et lorsqu’il en a trouvé une il y pénètre, la dévore par des pensées mauvaises et la roule dans le bourbier du péché. Mais s’il rencontre une âme bien barricadée dans la volonté de Dieu il bat en retraite et s’éloigne d’elle, car il ne peut pas cambrioler la maison de cette âme.
La vigne signifie également le Seigneur ; puisqu’il dit lui-même à ses disciples : « Je suis la vigne, vous êtes les sarments ».
Ainsi donc, lorsqu’un homme demeure  dans la volonté de Dieu et qu’il maintient son esprit en hauteur, comme des sarments accrochés à des échalas, celui qui fait constamment la guerre aux hommes sans jamais en être rassasié constate, en allant vers lui, que les justes ne vivent pas dans l’insouciance mais qu’ils demeurent dans la volonté de Dieu – et il s’enfuit loin d’eux. Mais s’il tombe sur un homme qui vit dans l’insouciance il s’introduit chez lui, dévaste la maison de son âme et du coup l’homme est détruit. »

Physiologos, Le bestiaire des bestiaires, traduit du grec, introduit et commenté par Arnaud Zucker, Éditions Jérôme Millon, 2005, pages 302-303.

Pour poursuivre la route ensemble...
Dans les antres de la sagesse : Peter Kingsley le paradisier

  À propos de: Peter Kingsley, Dans les antres de la sagesse, études parménidiennes, traduit par H.D. Saffrey, Paris, Les Belles Lettres, coll. Vérité des mythes, 2007, 207 pages.     Les cavales qui m’emportent, aussi loin que mon cœur le désire M’ont conduit, puisqu’elles m’ont mis et me mènent sur la > Lire plus

Damien Echols, La vie après la mort : courir sur place

Ajout du 17 janvier 2014: J'apprends ce jour que le fabuleux journal de prison de Damien Echols paraîtra en mars prochain aux Éditions Ring. Je suis profondément heureuse qu'il trouve une voix française, et ne souhaite qu'une chose: que sa volonté surpuissante, éprouvée par 18 ans d'emprisonnement à tort, soit > Lire plus

Mouvements d’ailes – Kenneth White, La Figure du dehors

I don't want to talk about the wings, I just want to fly. The Waterboys Roi de beauté haut la main dans les contrées qui abolissent les concours, il lui arrive de décrire ses ailes, mais le plus souvent, il se contentera de voler. Plutôt que de confortablement prendre position > Lire plus

Le triomphe du ciel – Alain Cueff, Ciels d’Amérique (1801-2001) [Arts]

Thomas Cole, Winslow Homer, Albert Pinkham Ryder, George Belows, Alfred Stieglitz, Mardsen Hartley, Georgia O’Keeffe, Thomas Hart Benton, Jackson Pollock, Barnett Newman, Robert Smithson, Walter De Maria, Ed Ruscha et Jack Goldstein vous convient à traverser leur pays par tous les vents, de jour comme de nuit, de la « destinée > Lire plus

Résistance à la nuit – Alain Giorgetti et son roman refuge

Tu sais, donc. Tu as traversé, toi aussi. Les galets dans le dos, et le froid, il ne te faut pas bien longtemps pour les prendre pour toi. Echoué et sans secours, tu es déjà mort dans l’indifférence générale. Et puisque tu as eu cette chance infinie de rester un > Lire plus

edward abbey feu sur la montagne
« Si je dois céder, je céderai comme un Apache. » Edward Abbey, Le Feu sur la montagne

Écrit dans les années 1960 par un fou du désert américain, écrivain-culte de la contre-culture et du nature writing, et fervent insolent incorruptible, ce roman traduit par Jacques Mailhos est ramassé comme un feu de bois improvisé, allumé au cœur d’une nuit froide mais magnifiquement étoilée.

Vous souhaitez recevoir les articles ?

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.