Et dans l’obscur taillis des êtres et des choses / Je regardai rôder, noir, riant, l’oeil en feu, / Satan, ce braconnier de la forêt de Dieu.
Victor Hugo, La Légende des siècles.

« Sur l’expression employée par David : « et le sanglier solitaire a dévoré ma vigne ».
Le Physiologue a parlé de cet animal : Il sort de la forêt de chênes et vient à découvert à la recherche d’un point d’eau pour se rouler dedans ; il s’en trouve ragaillardi et se rend dans la vigne pour dévorer les bourgeons ; il saccage la vigne, il la piétine et la rase. Mais s’il tombe sur une vigne qui a été bien barricadée il ne peut pas y pénétrer, pas plus qu’il ne peut dévorer les rameaux qui sont accrochés en hauteur.

Saint Basile a dit : « Le cochon qui sort de la forêt de chênes est l’image du diable » ; et David : « la vigne est l’image du monde ». Le diable est sorti, s’éloignant de la volonté de Dieu, et il rôde en cherchant le moyen de trouver une âme qui ne serait pas barricadée et n’aurait pas la crainte de Dieu ; et lorsqu’il en a trouvé une il y pénètre, la dévore par des pensées mauvaises et la roule dans le bourbier du péché. Mais s’il rencontre une âme bien barricadée dans la volonté de Dieu il bat en retraite et s’éloigne d’elle, car il ne peut pas cambrioler la maison de cette âme.
La vigne signifie également le Seigneur ; puisqu’il dit lui-même à ses disciples : « Je suis la vigne, vous êtes les sarments ».
Ainsi donc, lorsqu’un homme demeure  dans la volonté de Dieu et qu’il maintient son esprit en hauteur, comme des sarments accrochés à des échalas, celui qui fait constamment la guerre aux hommes sans jamais en être rassasié constate, en allant vers lui, que les justes ne vivent pas dans l’insouciance mais qu’ils demeurent dans la volonté de Dieu – et il s’enfuit loin d’eux. Mais s’il tombe sur un homme qui vit dans l’insouciance il s’introduit chez lui, dévaste la maison de son âme et du coup l’homme est détruit. »

Physiologos, Le bestiaire des bestiaires, traduit du grec, introduit et commenté par Arnaud Zucker, Éditions Jérôme Millon, 2005, pages 302-303.

Pour poursuivre la route ensemble...
La vie sous Terre (Ils ne sentent rien)

Et qui tolère le bruit est déjà un cadavre. Guido Ceronetti, La patience du brûlé. "Voici ce dont j'ai souvent été témoin empruntant l'une de ces vieilles lignes de train en sous-sol où c'est encore un conducteur humain aux commandes, et que dans la vitesse d'une longue courbe le wagon se > Lire plus

Le sang des bois : évolution des enfièvrements

Mus par un sang noir hautement concentré, les hommes des bois sacrifient toute concession aux exigences de la vie normale (confort, hygiène, sociabilité) sur l'autel d'une existence entièrement adonnée à la forêt. Comme ce fut le cas pour leurs prédécesseurs illustres ou restés dans l'ombre, la force de cet enfièvrement > Lire plus

Georges Bernanos contre l’homme nu devant ses maîtres

« L’homme d’autrefois ne ressemblait pas à celui d’aujourd’hui. Il n’eût jamais fait partie de ce bétail que les démocraties ploutocratiques, marxistes ou racistes, nourrissent pour l’usine ou le charnier. Il n’eût jamais appartenu aux troupeaux que nous voyons s’avancer tristement les uns contre les autres, en masses immenses derrière leurs > Lire plus

L’été invincible d’Albert Camus

Pour ma mère. J’ai toujours eu l’impression de vivre en haute mer, menacé, au cœur d’un bonheur royal. Albert Camus, La mer au plus près. « À midi sur les pentes à demi sableuses et couvertes d’héliotropes comme d’une écume qu’auraient laissée en se retirant les vagues furieuses des derniers jours, > Lire plus

Briser la ligne | Les mots du Mal, David B. Deckard

Les mots qu’on m’adresse semblent tous trempés dans du poison de dendrobate, et même s’ils ne visaient aucun organe vital, me frôlant, ils me contaminent et me promettent une agonie fastidieuse. Et pourtant, malgré tout, je ne meurs pas. Pas encore. Alors m’approcher du gouffre de David, je n’en avais > Lire plus

Rezvani et la somme des confusions croisées

Si nous étions en mesure de percevoir réellement les flèches de l'ultra-sensibilité féminine qui sans relâche nous frappent de tous les côtés à la fois, je crois que nous ne survivrions pas à une telle somme de confusions croisées.