Et dans l’obscur taillis des êtres et des choses / Je regardai rôder, noir, riant, l’oeil en feu, / Satan, ce braconnier de la forêt de Dieu.
Victor Hugo, La Légende des siècles.

« Sur l’expression employée par David : « et le sanglier solitaire a dévoré ma vigne ».
Le Physiologue a parlé de cet animal : Il sort de la forêt de chênes et vient à découvert à la recherche d’un point d’eau pour se rouler dedans ; il s’en trouve ragaillardi et se rend dans la vigne pour dévorer les bourgeons ; il saccage la vigne, il la piétine et la rase. Mais s’il tombe sur une vigne qui a été bien barricadée il ne peut pas y pénétrer, pas plus qu’il ne peut dévorer les rameaux qui sont accrochés en hauteur.

Saint Basile a dit : « Le cochon qui sort de la forêt de chênes est l’image du diable » ; et David : « la vigne est l’image du monde ». Le diable est sorti, s’éloignant de la volonté de Dieu, et il rôde en cherchant le moyen de trouver une âme qui ne serait pas barricadée et n’aurait pas la crainte de Dieu ; et lorsqu’il en a trouvé une il y pénètre, la dévore par des pensées mauvaises et la roule dans le bourbier du péché. Mais s’il rencontre une âme bien barricadée dans la volonté de Dieu il bat en retraite et s’éloigne d’elle, car il ne peut pas cambrioler la maison de cette âme.
La vigne signifie également le Seigneur ; puisqu’il dit lui-même à ses disciples : « Je suis la vigne, vous êtes les sarments ».
Ainsi donc, lorsqu’un homme demeure  dans la volonté de Dieu et qu’il maintient son esprit en hauteur, comme des sarments accrochés à des échalas, celui qui fait constamment la guerre aux hommes sans jamais en être rassasié constate, en allant vers lui, que les justes ne vivent pas dans l’insouciance mais qu’ils demeurent dans la volonté de Dieu – et il s’enfuit loin d’eux. Mais s’il tombe sur un homme qui vit dans l’insouciance il s’introduit chez lui, dévaste la maison de son âme et du coup l’homme est détruit. »

Physiologos, Le bestiaire des bestiaires, traduit du grec, introduit et commenté par Arnaud Zucker, Éditions Jérôme Millon, 2005, pages 302-303.

Pour poursuivre la route ensemble...
Le Plan hors de la ville | Aurélien Lemant, Traum : Philip K. Dick, le martyr onirique

Quelques chiffres dans la machine: J’ai mis 4 jours à lire ce livre, les trois quarts en une journée. Il m’a fallu une semaine pour me décider à écrire dessus. J’ai mis quatre heures, aujourd’hui, à écrire cette chronique. Il vous faudra entre 30 minutes et beaucoup plus pour la > Lire plus

L’aposémantisme de la grenouille des fraises et du kokoï

"Le but du camouflage semble évident, tant pour les prédateurs que pour les proies. Pourtant, de nombreuses espèces animales arborent des couleurs vives et chatoyantes attirant l'oeil. Comme ce sont souvent des animaux qui pourraient être des proies faciles, tels les amphibiens, les reptiles, les papillons ou autres insectes, on > Lire plus

Instruis-les ou supporte-les | Marc Aurèle

Une nouvelle édition des Pensées pour moi-même de Marc Aurèle vient de paraître. Ou plutôt, la reprise identique de l'édition de 1947, traduite par A.-I. Trannoy et introduite par Aimé Puech, dans une nouvelle mise en page qui ouvre et ferme chacun des 12 livres par une illustration en noir > Lire plus

Corrida sans taureau

On m’a mise à mort, maman, c’est une honte. J’ai bien apprécié la poudre qui ne voulait pas s’allier, me voilant mes adversaires, ternes mais nombreux. On a traîné mon corps, pourtant, et exposé mon sang. Il faisait chaud, et j’ai échoué. C’est que je n’ai rien compris à ce > Lire plus

Continuez de parler | River

Nous refusons de nous éteindre et les éteints nous en veulent. Il faut tenir, pourtant.

Le consentement à la vie | sur L’abattoir de verre de J.M. Coetzee

« Je ne suis pas intéressée par les problèmes, John – ni par les problèmes ni par la solution aux problèmes. J’abhorre cet état d’esprit qui voit la vie comme une succession de problèmes soumis à l’intellect en vue de leur solution. Un chat, ce n’est pas un problème. La chatte > Lire plus