« Le but du camouflage semble évident, tant pour les prédateurs que pour les proies. Pourtant, de nombreuses espèces animales arborent des couleurs vives et chatoyantes attirant l’oeil. Comme ce sont souvent des animaux qui pourraient être des proies faciles, tels les amphibiens, les reptiles, les papillons ou autres insectes, on se demande à quoi peuvent servir ces teintes fantastiques allant du rose fuchsia au bleu turquoise ! Ce sont là des couleurs d’avertissement dont la signification est simple et précise: « Attention, danger ! » Ce phénomène est appelé « aposémantisme »; il signale la présence de poison cutané, le risque de morsure venimeuse ou une odeur nauséabonde.

Un des exemples les plus connus se trouve être celui des dendrobates. Ce sont des petites grenouilles d’environ 5cm de long, habitant les forêts tropicales d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale. Comme tous les anoures, la peau contient des glandes sécrétrices de substances toxiques, mais dans cette famille la substance est l’une des plus redoutables du règne animal. Les dendrobates, comme la grenouille des fraises (Dendrobates pumilio) avec sa livrée orange vif et ses pattes violettes, étaient très recherchés par les Indiens d’Amazonie qui en utilisaient le poison: accrochés à l’extrémité d’un bâton, ils les tenaient au-dessus du feu pour faire exsuder la sécrétion qu’ils récupéraient précieusement. Il suffisait d’en enduire les pointes des flèches pour obtenir des armes mortelles contre les animaux chassés ou encore contre les tribus voisines ! L’effet était immédiat: la victime était paralysée, puis la mort l’emportait en quelques instants. La composition de ce poison sécrété varie d’une espèce à l’autre. Le plus puissant, sans antidote connu, est celui d’une petite grenouille noire portant des taches dorées sur le dos, le kokoï (Phyllobates latinasus). Il contient de la batrachotoxine, dont 1 gramme suffit pour tuer 100 000 hommes. »

Le Génie animal, sous la direction de Jean-Jacques Petter, Nathan, 1992, page 59.

Pour poursuivre la route ensemble...
Paul Gadenne, L’Enfer de Sartre – La souffrance morne de l’athée révolté

À vrai dire une seule chose intervient ici pour démentir quelque peu cette impression : la violence avec laquelle ces êtres s’en prennent à leur destin. Il y aurait beaucoup à dire là-dessus, car à vrai dire la révolte ne se justifie que si l’on peut en appeler à quelqu’un. > Lire plus

Rues barbares Vol West Paméla Ramos si tous moi non
Rues barbares et loup solitaire

À propos de Rues barbares. Survivre en ville, de Vol West et Piero san Giorgio | « Je salue le courage des forces de l’ordre » serait d’ailleurs, à n’en point douter, la phrase furieusement tendance en ouverture de toutes les soirées de fin d’année parisiennes.

« Eurydice n’était pas là » – Etel Adnan, Orphée face au néant

« La question essentielle demeure : pourquoi ce qui devait arriver est-il arrivé ? Les dieux ont dû savoir que, dans son impatience, Orphée  allait leur désobéir et que leur injonction ne pouvait que rendre cette impatience insupportable. Néanmoins, ils ne voulaient pas qu’Orphée regarde en arrière et plus tard ils le punirent > Lire plus

« Quelque chose est fini » – Pascal Quignard, Le sexe et l’effroi

Quand on aime le plus intensément, quelque chose est fini.

Chorus Mysticus, l’intuition de Martin Bodmer

Depuis toujours, l’idée directrice de la Bodmeriana est le pentagone Homère – la Bible – Dante – Shakespeare – Goethe. C’est à partir de ce point médian de la littérature mondiale que s’est développée l’idée de saisir l’avoir-lieu spirituel de l’humanité à travers ses textes les plus importants.

Un amour pythonique – John Cowper Powys, L’Art du bonheur

« J’ai vu une vieille femme se lever de son fauteuil bien confortable, au coin du feu, […] s’approcher de son homme, assis et plongé dans la lecture de son livre, se pencher vers lui et effleurer sa tête de ses lèvres. Dans ce souffle léger, dans cette caresse délicate, > Lire plus