I don’t want to talk about the wings, I just want to fly.
The Waterboys

Roi de beauté haut la main dans les contrées qui abolissent les concours, il lui arrive de décrire ses ailes, mais le plus souvent, il se contentera de voler.

Plutôt que de confortablement prendre position contre son parrain alors qu’on pourrait tourner le dos à la foire, refuser de paraître chez les parvenus au lieu de participer à en filtrer l’entrée, plutôt que de dénoncer dans les médias, choisir de brûler ces doigts, qui ne montrent plus la Lune depuis longtemps, à la flamme d’une voie suivie sans se retourner pour compter les suiveurs : et l’écrire, comme on cartographie les sorties, ne jamais faire le point, continuer de tracer, voilà, voilà sans doute pourquoi lorsque ces impératifs frappent de plus en plus lourdement à la porte, finit-elle par s’entrouvrir le temps de glisser le bon livre, cet autre, cette piste, ce prochain, ce sourire, ce défi.

Lire La Figure du dehors de Kenneth White c’est reprendre toutes ses fureurs passées, émiettées dans une coulée déjà froide, remonter sa pente à la vitesse des résolutions-tonnerre, se reformer quasi instantanément comme avant l’éruption. Dans cette densité d’existence, telle qu’elle nous est en ces pages rendue, peut se fomenter enfin, structurée autant qu’atomisée, la formule qui frappera en crécerelle affûté sur ces hordes d’étourneaux fatigués.

Plus je lis sur la fuite, la vacuité, le silence et le vent et plus je reviens en ce monde cernée, gainée, déterminée et sonnante, comme une franche monnaie pour payer le passage. Il n’est pas question de *sortir* pour s’en laver les mains : il est question de se forger, le long d’absences ritualisées, de discipline prolongée, de dos tournés à l’injonction de vitesse et de positionnement forcé, un cheval de Troie, l’or d’une voix qui, captivante et gorgée, engluera l’insecte imprudent sur la tige.

Lire Kenneth White, c’est s’assurer quelques belles prises, à relâcher au soir : une expérience gratuite, un test d’évacuation, la formation d’une murmuration souveraine qui se repère mieux dans le noir qu’aucun programme raide et borné.

Renoncer à ce souffle, un seul instant un seul, trébucher de cette envergure me semble plus mortel que de risquer la chute d’une falaise.

*

« L’acte d’écrire n’est pas un discours. Le discours mène, logiquement, quelque part. L’acte d’écrire, au contraire, est ouverture. […] En poétique il n’y a pas de conclusion. Absolument rien à cataloguer. »

*

« Ayant mieux à faire que de « prendre position » (j’essaie plutôt de suivre une voie), je me contente, pendant que certains montent à la tribune, de regarder par la fenêtre, en attendant, plus ou moins discrètement, d’ouvrir la porte et de sortir chez moi, dehors. »

*

« Pour sortir, il faut se débarrasser de quantité de structures, il faut une disponibilité de l’esprit et du corps qu’aucun système ne peut reconnaître et que peu d’institutions se permettent d’encourager. »

*

« La logique d’une telle voie ne peut être purement linéaire. Chaque étape contient les éléments des autres, la matière se roule sur elle-même avant de prendre un nouvel élan. Vous n’êtes pas dans un laboratoire, mais sur un rivage. »

*

« En procédant ainsi, on retrouve les énergies qui furent à l’origine de notre culture, « ces oiseaux criards d’Ionie » évoqués par Platon. »

*

« Le fait pour un homme de vivre sur les bords de la société n’implique nullement qu’il se soit mis en retraite et mène une vie « simple ». Il se peut qu’il ait choisi de vivre le plus possible dehors afin de vivre une vie à la fois plus immédiate et plus complexe. Si vivre à l’écart peut être le résultat d’une incapacité et d’une inhibition, ce peut être aussi celui d’une capacité de vie plus grande que la normale. »

*

« La poésie est une logique érotique. Elle n’est « contre » rien, elle s’en va ailleurs. »

*

« Au début de tout, pour que quelque chose commence, il faut une énergie barbare, c’est-à-dire non clôturée dans un discours. »

*

« Quand je dis poésie, je pense à des flux, des tensions, des architectures inédites. Rien à voir, s’il vous plaît, avec ceux qui ne font que paraphraser leur paralysie. »

*

« J’affirme une santé, la possibilité d’une santé, liée à une capacité de se mouvoir, désencombré, dans l’espace atopique, capacité qui ne peut venir que de l’acquisition d’une autre pensée, d’une autre manière d’être. »

*

Kenneth White, La Figure du dehors [1982], Le Mot et le reste, 2014, 232 pages.

Pour poursuivre la route ensemble...
André Breton, les masques et le faisceau colossal de forces instinctives

Dans son bel ouvrage Les Masques, M. Georges Buraud a été le premier à dégager le sens profond du besoin qui, en tous temps et en tous lieux, a porté l’homme à dérober son visage derrière une figure modelée à l’apparence d’un animal, à l’image d’un ancêtre ou conçue comme représentative > Lire plus

Se rendre sans se soumettre – D.H. Lawrence, Le Renard

Comme toujours sensuelle, magnétique et si finement perspicace, la prose de D.H. Lawrence étreint et caresse, pousse dans tous les retranchements avant de toucher précisément ce point où tout être même le plus récalcitrant s’ouvre et se rend dans un évanouissement charnel.

Ce qui reste, avec Fernand Robert

" Ce qui est excellent, et que les études classiques seules produisent, c’est l’habitude, acquise dès les plus jeunes années, et pour la vie entière, de penser, non seulement que tout est dit, mais que tout a déjà été senti, éprouvé, que rien ne se passe dans notre âme qui > Lire plus

Se retrancher contre la plèbe – L’art du livre par André Suarès

"Comme une église s'offre à l'homme qui prie, le livre appelle une vie qu'anime la passion de connaître, qui cherche et qui médite. Un si bel objet, si pur et > Lire plus

Arthur Cravan, précipité par Lacarelle

« Quelqu’un obstinément cherche à sortir de moi » Arthur Cravan. Les noyés sont des prophètes qui parlent la langue des signes dans des gestes si lents qu’ils balaient notre mémoire. Bertrand Lacarelle. « La mort dans les flots est-elle le dernier mot des forts ? » Robert Desnos.   Nous avons tous les trois > Lire plus

Arrivée au Centre, j’attends

J’avais oublié la brume, ce matin Orléans disparaît. Je descends tôt vers la Loire, à travers les ruelles aux pierres blanches qu’on devine douces, qu’on ne touche pas encore. Depuis que je sais marcher, à nouveau, que je ne me perds plus, j’avale les artères et les petites veines, les > Lire plus

Vous souhaitez recevoir les articles ?

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.