⬇ Voici un livre que je n’ai pas trouvé bon, tout juste passable – comprendre que je l’ai terminé rapidement, sans réel profit mais avec la seule perte de mes dix-neuf euros : la catastrophe est évitée, je vais tenter de m’en expliquer.
⬇ Il s’agit du journal de bord d’un écrivain-dramaturge embarqué sur un vaisseau de l’Ifremer pour trois semaines d’expéditions scientifiques à la découverte des abysses, au large des Açores. Ce journal littéraire devra être transformé en performance poético-théâtrale afin de sensibiliser le public à la préservation des grands fonds. C’est plutôt bien vendu, et si chaque terme de cette proposition avait été respecté, le livre aurait accompli sa mission. Au lieu de cela :
⬇ De journal de bord, il sera certes question, mais point de journal littéraire. Si l’on admet parfaitement que l’auteur ne puisse nous fournir une vulgarisation scientifique de haute tenue de ce à quoi il assiste, découvrant tout lui-même sur le pont (ce qui n’est pas la moindre première déception, car après tout, si, il aurait pu et même dû s’y efforcer), il est plus difficile d’accepter que le ton plat et parfois familier avec lequel il détaille ses journées ne s’élève jamais, sauf à deux ou trois belles pages près, sur 170, de l’admiration très convenue d’un homme qui s’assume aussi éloigné du sauvage que de l’océan. Un candidat au moins a minima concerné par son sujet aurait été bien plus inspiré.
⬇ Pour les abysses, il faudra se contenter d’un champ hydrothermal à environ deux kilomètres sous la surface, nous ne sommes pas dans Jules Verne. S’il est joliment décrit par Wahl, on y croisera surtout des crevettes et des moules, aux propriétés certes étonnantes, mais nous chercherons toujours le grand poulpe de la couverture. Pour ne rien dire d’un quelconque frisson (l’écrivain manque bien mourir en croisant de loin une physalie, mais cela sera bien tout).
⬇ Pour l’expérience mystique, c’est la partie la plus désastreuse. La « plus ineffable leçon de mystique au monde » (vous avez bien lu, au monde, attention préparez-vous) étant que les crevettes sont bien, à leur place, ici et maintenant.
Notre correspondant n’y avait simplement jamais pensé. Une seule page (mais après tout, elle existe, et je l’ai lue, donc je dois lui rendre grâce) effleure, pour se reprendre bien vite, la possibilité d’une extériorisation du temps intime dans un confinement flottant où les repères s’effacent.
⬇ Je ne crois pas nécessaire de vous en dire plus : nous sommes tous, une heure ou l’autre, tentés de nous détendre dans un épisode moins bon que les autres sur Netflix. C’est toujours le français, c’en est un peu vexant. Pour le reste, n’importe quel reportage de vingt minutes de France 3 Bretagne fera mieux l’affaire.

David Wahl, La vie profonde, une expédition dans les abysses, Arthaud, 2023, 172 pages. Livre acheté neuf en librairie.

Pour poursuivre la route ensemble...
Georges Bernanos contre l’homme nu devant ses maîtres

« L’homme d’autrefois ne ressemblait pas à celui d’aujourd’hui. Il n’eût jamais fait partie de ce bétail que les démocraties ploutocratiques, marxistes ou racistes, nourrissent pour l’usine ou le charnier. Il n’eût jamais appartenu aux troupeaux que nous voyons s’avancer tristement les uns contre les autres, en masses immenses derrière leurs > Lire plus

L’absence du lion pour l’éléphant, Hans Blumenberg

Un petit ouvrage posthume et serré, composé de 32 notes par l'un des penseurs majeurs du XXe siècle allemand. Si ces réflexions autour de la figure du roi des animaux dans la culture humaine sont souvent déroutantes par l'originalité et la rareté des angles abordés, c'est surtout parce que le > Lire plus

Love birds songlines – Ali Cobby Eckermann, Ruby Moonlight

Le minier Jack et sa gemme Ruby s’enfoncent dans une nuit où ils voient, ils ne s’appartiennent pas mais se quittent et se retrouvent au rythme de leurs quêtes solitaires, alors que la violence stridente des possédés et des possédants, autour d’eux, fait rage et constamment les menace.

Le passif résolu de Stig Dagerman

"Poème norvégien de Claes Gill : [Le personnage s’arrête] angoissé au bord du lit du fleuve Comme attendant la lumière d’un blanc ciel printanier Traversant en hâte l’obscurité de son œil Et il énonce ces mots : Je ne sais rien en dehors de ceci, Ceci seul : que la vie me vit > Lire plus

Liberté sans issue – Yves Ternon, Makhno, la révolte anarchiste 1917-1921

S’il ne s’agit en rien, pour Yves Ternon, de fondre une statue au milieu des mousses qui recouvrent la forêt de ces êtres libres et normalement sans visage, son essai cavalant bride abattue – au style procédant par bourrasques cinglant soudain au milieu du calme de la steppe, reprend toutefois > Lire plus

Les pleurs du chevreuil – Sang chaud, de Kim Un-Su

Toute première parution d’une nouvelle maison d’édition Matin Calme, qui parie sur le polar coréen, Sang chaud de Kim Un-Su demande de la patience et de la confiance pour déboucher sur une résolution mémorable.

Vous souhaitez recevoir les articles ?

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.