⬇ Voici un livre que je n’ai pas trouvé bon, tout juste passable – comprendre que je l’ai terminé rapidement, sans réel profit mais avec la seule perte de mes dix-neuf euros : la catastrophe est évitée, je vais tenter de m’en expliquer.
⬇ Il s’agit du journal de bord d’un écrivain-dramaturge embarqué sur un vaisseau de l’Ifremer pour trois semaines d’expéditions scientifiques à la découverte des abysses, au large des Açores. Ce journal littéraire devra être transformé en performance poético-théâtrale afin de sensibiliser le public à la préservation des grands fonds. C’est plutôt bien vendu, et si chaque terme de cette proposition avait été respecté, le livre aurait accompli sa mission. Au lieu de cela :
⬇ De journal de bord, il sera certes question, mais point de journal littéraire. Si l’on admet parfaitement que l’auteur ne puisse nous fournir une vulgarisation scientifique de haute tenue de ce à quoi il assiste, découvrant tout lui-même sur le pont (ce qui n’est pas la moindre première déception, car après tout, si, il aurait pu et même dû s’y efforcer), il est plus difficile d’accepter que le ton plat et parfois familier avec lequel il détaille ses journées ne s’élève jamais, sauf à deux ou trois belles pages près, sur 170, de l’admiration très convenue d’un homme qui s’assume aussi éloigné du sauvage que de l’océan. Un candidat au moins a minima concerné par son sujet aurait été bien plus inspiré.
⬇ Pour les abysses, il faudra se contenter d’un champ hydrothermal à environ deux kilomètres sous la surface, nous ne sommes pas dans Jules Verne. S’il est joliment décrit par Wahl, on y croisera surtout des crevettes et des moules, aux propriétés certes étonnantes, mais nous chercherons toujours le grand poulpe de la couverture. Pour ne rien dire d’un quelconque frisson (l’écrivain manque bien mourir en croisant de loin une physalie, mais cela sera bien tout).
⬇ Pour l’expérience mystique, c’est la partie la plus désastreuse. La « plus ineffable leçon de mystique au monde » (vous avez bien lu, au monde, attention préparez-vous) étant que les crevettes sont bien, à leur place, ici et maintenant.
Notre correspondant n’y avait simplement jamais pensé. Une seule page (mais après tout, elle existe, et je l’ai lue, donc je dois lui rendre grâce) effleure, pour se reprendre bien vite, la possibilité d’une extériorisation du temps intime dans un confinement flottant où les repères s’effacent.
⬇ Je ne crois pas nécessaire de vous en dire plus : nous sommes tous, une heure ou l’autre, tentés de nous détendre dans un épisode moins bon que les autres sur Netflix. C’est toujours le français, c’en est un peu vexant. Pour le reste, n’importe quel reportage de vingt minutes de France 3 Bretagne fera mieux l’affaire.

David Wahl, La vie profonde, une expédition dans les abysses, Arthaud, 2023, 172 pages. Livre acheté neuf en librairie.

Pour poursuivre la route ensemble...
Les pleurs du chevreuil – Sang chaud, de Kim Un-Su

Toute première parution d’une nouvelle maison d’édition Matin Calme, qui parie sur le polar coréen, Sang chaud de Kim Un-Su demande de la patience et de la confiance pour déboucher sur une résolution mémorable.

Paris, par la petite porte – Sergio Aquindo, Bête à gravats

Un premier roman en récit généreux, au cœur du monde des travailleurs pauvres, immigrés ou non, qui garde dans son humanité imbibant chaque page le souvenir vif de cette entrée en la matière brute et sans pitié.

Peter Matthiessen, des tigres dans la ville

« Dans le sud de la Sibérie, en plein cœur de l’hiver, il fait nuit jusqu’à huit heures du matin. De la fenêtre de la petite chambre gelée que j’occupais à l’hôtel Vladivostok, j’avais une belle vue sur l’immensité blanche de la baie de l’Amour : quand le jour se leva, les > Lire plus

« Je vous entends, m’entendez-vous ? » – Cécile Ladjali, La nuit est mon jour préféré

« Borgnes ou culs-de-jatte, nous avançons dans une forêt de signaux ténus et il nous faut être sensibles aux vibrations. C’est ainsi que nous devenons des prophètes. » Tom, psychiatre à Tel-Aviv, reçoit dans son institution Roshan, Palestinienne désespérée, en plein déni de grossesse. Avec Héphraïm Steiner, harpiste juif et paranoïaque, ils > Lire plus

Le sentiment océanique – Michel Hulin, La mystique sauvage

C’est peut-être cela que le futur Ramakrishna a éprouvé d’une manière aussi intense que confuse : le dévoilement magique, sous la banalité des apparences familières, d’un monde plus net, plus dense, aux couleurs plus saturées, plus éclatantes – bref, d’un monde plus réel.

Crise de nerfs en Toyota Corolla – Horacio Castellanos Moya, Le Dégoût

« La stupidité, on ne peut en venir à bout qu’en l’arrachant d’un coup, la stupidité humaine ne comprend rien aux demi-mesures. » Moya, attablé avec son ami Vega qui revient au Salvador enterrer sa mère après un exil de plusieurs années, écoute le long monologue de celui-ci qui a décidé, après > Lire plus