when named I am the man apart 

« Quand la première édition de ce petit livre a paru il y a quelques années, il est devenu, presque clandestinement, un vade-mecum pour ceux et celles qui, à l’écart des tribunes, se cherchaient en essayant de suivre une voie et qui voulaient reprendre contact avec le monde, le voir avec des yeux neufs.
Puisse-t-il continuer dans ce sens. » K.W., 1982

*

« Follow me who dares », jette Kenneth White au coeur de Handbook for the Diamond Country, cette « Terre de diamant » où la pensée, dans un corps absolu, trempé à un « dehors » âpre et clarifiant, se densifie en une insécable expérience. Hors pays, hors domaine, il glisse. De toute façon « when named I am the man apart » ponctue-t-il autre part.

« Mon bouddhisme c’est le travail », disait Gary Snyder, ami de Kenneth et frère des roues libres. A quoi pourrait répondre ce poème, que je vous dépose ici :

LETTRE A ERIGENE
« Sunt lumina »

« Effort » semble soudain le mot qu’il faut
dur labeur, travail sans trêve
comme acquérir les bases d’une grammaire
chercher son chemin dans une logique inconnue

c’est la terre en travail qui produit le diamant

ici sur ce rivage anonyme, connaissant l’ouvrage
qui sont les ouvriers ? qui les découvreurs ?
la réalité opère – des prodiges ? ouvre-ouvrir

les anciens signes montent du matin
le crâne s’emplit et se vide avec la marée
énergies ramassées, le premier acte

côte rocheuse, rocailleuse, vents rudes
le langage nous dénoue, nous dénude

province de roc, racines – et lumières

*

« Labour » suddenly seems exactly right
hard slogging, no facility
like learning the basis of a grammar
working your way into unknown logic

it’s earth in labour makes for diamond

here on this nameless shore, knowing the work
who are the workers ? who the travellers ?
reality works – wonders ? travel-travail

the old signs come out of the morning
the skull fills and empties with the tide
energy gathered, the first act

ragged coast, rugged, rough winds
the language bears us, bares us

rock province, roots – and lights

Kenneth White, Terre de diamant [Handbook for a diamon country], poèmes, bilingue anglais-français, traduit par Philippe Jaworski, Marie-Claude White et l’auteur, éditions Grasset, 1983, 270 pages.

 

Pour poursuivre la route ensemble...
« La condition de l’amour, c’est le silence » – Charles de Foucauld, Déserts

Pour A.K. « Il faut lire les extraits de ce Dictionnaire touareg-français [de Charles de Foucauld] comme l’un des hymnes les plus lumineux à la beauté de la création, dans la transparence d’un regard qui n’est plus orienté par le désir mais par l’accueil. (…) L’auteur n’est pas déterminé seulement par > Lire plus

Quand le monde fut vide | Jack London

"- Ce jour où nous étions aurait dû être un jour splendide d'été. Mais les tourbillons de fumée de ce monde en feu continuaient à voiler le ciel d'un épais rideau, où le soleil sinistre n'était plus qu'un disque mort et rouge, sanguinolent. De ce soleil de sang nous avions > Lire plus

Jacques Chessex, alcool et résistance

"Geneviève Bridel : (...) C'est le vertige alors qui vous attirait dans l'alcool ? Jacques Chessex: Non, c'est le culte de la paresse. La consommation régulière et massive d'alcool entretenait en moi une sorte de paresse musicienne, peuplée, harmonieuse et immobile. Je ne buvais pas de manière gesticulatrice, je n'ai > Lire plus

« Le Bien aura des crocs et des griffes » – Pierre-Henri Castel, Le Mal qui vient

« Car la pensée du Mal pose par principe problème à tout penseur. Peut-être est-ce même, à la limite, une pensée sans penseur, parce qu'elle implique étrangement une violence mentale insensée - effractante, disons traumatique, terme savant que j'emploie non pour faire le psychologue, mais pour rendre justice à l'expérience de > Lire plus

L’homme aux virgules de feu – José Carlos Becerra, Comment retarder l’apparition des fourmis

Puis José Carlos Becerra, ce Mexicain qui vivait « les doigts dans la flamme » pour reprendre le titre d’Octavio Paz, prit le virage de cette route d’Italie, en mai 1970, et abandonna ses trente-trois ans sur la chaussée comme une mue devenue trop petite, le manuscrit de Comment retarder > Lire plus

Nous n’avons pas le choix – Nuccio Ordine, George Steiner, L’Hôte importun

J'aime beaucoup Nuccio Ordine, son éternelle ferveur, sa gentillesse, ses passions. J'ai lu avec plaisir son petit essai hommage à Steiner, où comme toujours, il excelle dans l'art de la citation parfaite choisie parmi les milliers de feuillets à sa disposition. Il tisse sa voix à celle des autres avec > Lire plus

Vous souhaitez recevoir les articles ?

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.