Merveille de bréviaire composé à 70% de citations de Snyder (traductions souvent inédites de White), je tourne et retourne sans cesse à ce petit livre qui m’a fait commander, de Gary Snyder, Myths&Texts (traduits par Poème pour les oiseaux au Castor Astral ) et Earth, House, Hold, en anglais.

« Les énergies démoniaques (celles qui vont au-delà de l’ego), supprimées au nom d’une société fondée sur des relations égoïstes et d’une culture basée sur leur reconnaissance et leur déploiement, forcées à rejoindre une plus ou moins grande clandestinité, ont survécu à l’intérieur de deux domaines restreints : la poésie et l’amour. […] Même si la poésie, là où elle conservait encore un peu de sève et de charme, tendait à en être exclusivement réduite à de la poésie sentimentale, l’expérience originale d’où la poésie a jailli, et peut toujours jaillir, reste le fait du « monde phénoménal tel qu’on le vit intimement à certains moments particulièrement intenses »* – une expérience « divine, excitante, mystérieuse, qui vous remplit d’une stupéfaction fébrile et vous rend reconnaissant et humble. L’émerveillement devant le mystère retourne sans détour dans nos sens et dans notre conscience : au-dedans comme au-dehors ; la voix souffle Ah ! » – d’où l’idée d’un « chant intérieur du moi et de la planète ».*
C’est à la redécouverte d’une telle poésie cosmique (et de la culture, du monde qui rendent possible l’existence d’une telle poésie en l’encourageant et en l’absorbant) que Snyder s’est voué – scrutant l’histoire culturelle selon cette perspective, partant à la recherche d’îlots de conscience dans la terre gaste générale, s’efforçant de mettre cette poésie en pratique dans sa propre vie. »

En moins de 100 pages, explosion de la pile à lire avec les mentions de Kerouac (Clochards célestes, of course), Lew Welch, Lawrence Lipton, Van Wyck Brooks, Han Shan, John Muir, Bassho, Huang Po, Robert Graves, Linnart Mäll… et j’arrête là car c’est simplement dément. Petit mais diaboliquement inépuisable.

Kenneth White, Gary Snyder, biographie poétique, traduit de l’anglais par Matthieu Dumont, Editions Wildproject, 2015 (poche Littératures, 2021, 100 pages.

*Gary Snyder, Earth, House, Hold, cité et traduit par Kenneth White.

Pour poursuivre la route ensemble...
Nelly Sachs, Lament

Aux Marie, de Belgique, de Corse et d'ailleurs Je prends la parole sacrée de la poétesse allemande Nelly Sachs, liée en des bribes ardentes vers un unique livre que toutes ses dernières forces promettent. Je les sépare pour apaiser ma peur, mais toujours l’ensemble survit. Étouffée, rendue muette par les > Lire plus

Witold Gombrowicz, « Je ne suis pas à la hauteur de ce genre d’abîmes » – Lettres à ses disciples argentins

« Tout ce qui te reste à faire c’est de m’admirer, et limite-toi à ça sinon je t’égorge comme un lion féroce. Je t’autorise en revanche l’usage de l’ironie comme dans tes dernières lettres, parce qu’elle se développe sur un ton d’admiration – TU IRONISES À MON PROPOS PARCE QUE TU > Lire plus

Héros et tombes – sur Héros et Thanatos, d’Aurélien Lemant

Son petit livre ci-présent, une fois apprivoisé dans une paume assouplie, se révèle nourrissant, et surtout, et c'est tout de même bien ce qu'on peut décemment lui demander aussi, fourmille d'un divertissement boutant tout anodin hors de ses sphères. Il n'y a rien d'anodin, rien de superflu dans les anecdotes > Lire plus

La France dépecée – Marion Messina, La peau sur la table

Marion Messina achève sa mission sans l'indélicatesse de nous condamner à nous positionner bassement. Elle expose, pour nous délivrer tous, ce qui dégrade, humilie et rejoint l’abject sans ciller.

Lettre à une jeune guerrière | La Résistance d’Ernesto Sabato

Il faut aimer son coin, Clarissa, même si tu le subis. Garder, comme préconise un personnage de Proust, un « grand morceau de ciel » constamment au-dessus de toi, que ton cœur dévasté y reflète l’état réel du monde, la présence constante du mal, la difficulté de faire le bien > Lire plus

Kertesz journal de Galere
Inflagration | Journal de galère, d’Imre Kertész

Je ne crois pas le journal de Kertész très bien nommé. Il n’exhale pas tant de « galère » que de grand chagrin blanc, refoulé au plus loin, caressant la mort des yeux sans jamais la trouver. Il traduit une tourmente consommée, une tornade de malheur bien plus maîtrisée que celle d’un > Lire plus

Vous souhaitez recevoir les articles ?

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.