À Stéphane M.

« Les cerfs sont nommés d’après leurs cornes. Ennemis des serpents, quand ils se sentent incommodés par la maladie, ils les font sortir de leurs trous en soufflant par leurs naseaux et, sans souffrir de leur venin mortel, ils se guérissent  en les dévorant.  C’est eux qui ont fait connaître le dictame: ils le broutent pour expulser les flèches qu’ils ont reçues. Ils aiment le son aigu des flûtes. Les oreilles dressées, ils ont l’ouïe fine; baissées, elle est nulle. S’ils ont à traverser à la nage des fleuves immenses ou des mers, ils posent leur tête sur la croupe de celui qui précède  et, l’un suivant l’autre, ils ne ressentent aucune fatigue de ce poids. »*

Libye, Qasr el-Lebya, église, mosaïque de pavement, nef, cerf dévorant un serpent, 539-540 ap. J.-C., Antiquarium de Qasr el-Lebya.
Auteur : Galen Frysinger

Isidore de Séville, Étymologies, Livre XII, Des animaux, 18. (Traduction de Jacques André)

***

Voir aussi : Xenia Muratova, Les animaux à cornes dans les manuscrits des bestiaires : tradition antique et interprétations médiévales in Cornes et plumes dans la littérature médiévale en consultation libre ici. L’illustration d’ouverture en est issue.

Pour poursuivre la route ensemble...
Leo Tuor Settembrini Paméla Ramos Si tous moi non
Ce ciel de chasse ! Chamois, rudesse et grands livres

À propos de Leo Tuor, Settembrini, vie et opinions | Soupir : « Que Dieu nous préserve de l’ours blessé, de l’épicéa en surplomb et du bloc qui roule. »

Héros et tombes – sur Héros et Thanatos, d’Aurélien Lemant

Son petit livre ci-présent, une fois apprivoisé dans une paume assouplie, se révèle nourrissant, et surtout, et c'est tout de même bien ce qu'on peut décemment lui demander aussi, fourmille d'un divertissement boutant tout anodin hors de ses sphères. Il n'y a rien d'anodin, rien de superflu dans les anecdotes > Lire plus

Chorus Mysticus, l’intuition de Martin Bodmer

Depuis toujours, l’idée directrice de la Bodmeriana est le pentagone Homère – la Bible – Dante – Shakespeare – Goethe. C’est à partir de ce point médian de la littérature mondiale que s’est développée l’idée de saisir l’avoir-lieu spirituel de l’humanité à travers ses textes les plus importants.

Briser la ligne | Les mots du Mal, David B. Deckard

Les mots qu’on m’adresse semblent tous trempés dans du poison de dendrobate, et même s’ils ne visaient aucun organe vital, me frôlant, ils me contaminent et me promettent une agonie fastidieuse. Et pourtant, malgré tout, je ne meurs pas. Pas encore. Alors m’approcher du gouffre de David, je n’en avais > Lire plus

Ma musique sous ta botte | Julien Delmaire, Delta Blues

Delta Blues, commencé le cou sous la botte à rechercher son air se termine dans un tonnerre de cordes saturées, de bouffées humides de restes d’inondation et de tas de cendres des feux de croix de petites bites en cagoules de draps.

Georges Bataille, dépenser pour soi

Once there was class war, but not any longer 'cause we are all bourgeois now. Ce qui me semble exemplaire dans le texte qui suit, tiré de La notion de dépense de Georges Bataille (La part maudite, éditions de Minuit, 1967, pages 37-38), c’est bien évidemment la lecture métaphorique que > Lire plus