À Stéphane M.

« Les cerfs sont nommés d’après leurs cornes. Ennemis des serpents, quand ils se sentent incommodés par la maladie, ils les font sortir de leurs trous en soufflant par leurs naseaux et, sans souffrir de leur venin mortel, ils se guérissent  en les dévorant.  C’est eux qui ont fait connaître le dictame: ils le broutent pour expulser les flèches qu’ils ont reçues. Ils aiment le son aigu des flûtes. Les oreilles dressées, ils ont l’ouïe fine; baissées, elle est nulle. S’ils ont à traverser à la nage des fleuves immenses ou des mers, ils posent leur tête sur la croupe de celui qui précède  et, l’un suivant l’autre, ils ne ressentent aucune fatigue de ce poids. »*

Libye, Qasr el-Lebya, église, mosaïque de pavement, nef, cerf dévorant un serpent, 539-540 ap. J.-C., Antiquarium de Qasr el-Lebya.
Auteur : Galen Frysinger

Isidore de Séville, Étymologies, Livre XII, Des animaux, 18. (Traduction de Jacques André)

***

Voir aussi : Xenia Muratova, Les animaux à cornes dans les manuscrits des bestiaires : tradition antique et interprétations médiévales in Cornes et plumes dans la littérature médiévale en consultation libre ici. L’illustration d’ouverture en est issue.

Pour poursuivre sur ce thème :
Le sanglier solitaire

Et dans l'obscur taillis des êtres et des choses / Je regardai rôder, noir, riant, l'oeil en feu, / Satan, ce braconnier de la forêt de Dieu. Victor Hugo, La Légende des siècles. "Sur l’expression employée par David : « et le sanglier solitaire a dévoré ma vigne ». Le Physiologue a parlé > Lire plus

Le chat pêcheur, ou chat viverrin

Le chat pêcheur, également nommé chat viverrin, ou pour les Chinois "petite panthère longibande" en raison des motifs qui ornent son incroyable pelage, peut plonger et suivre sa proie sous l'eau durant plusieurs mètres, même si son mode opératoire est plus souvent de s'assoir sur un rocher et de frapper > Lire plus

elementum at adipiscing venenatis eleifend quis Curabitur

Pin It on Pinterest

Share This