Où l’on apprend que même les plus convaincus, tel le moine Évagre le Pontique, pouvaient s’ennuyer mortellement en lisant les classiques.

« Il y a certains démons impurs qui se tiennent toujours assis aux côtés de ceux qui lisent, souvent même en prenant prétexte des divines Écritures elles-mêmes, pour aboutir à des pensées mauvaises. Il arrive aussi qu’ils les contraignent à bâiller plus que de coutume et provoquent un sommeil bien lourd très différent du sommeil habituel. Certains frères ont imaginé que c’était l’action d’une mystérieuse réaction naturelle. Pour ma part j’ai observé souvent ce phénomène et voici ce que j’ai compris : ils touchent les paupières et toute la tête et ils la refroidissent de leur propre corps, car les corps des démons sont très froids et pareils à de la glace. Ainsi sentons-nous notre tête comme aspirée par une ventouse, avec un grincement. […] Pourtant le sommeil naturel normalement réchauffe le corps et rend florissant le visage des gens bien portants, comme on peut l’apprendre de l’expérience elle-même. Eux, à l’inverse, provoquent des bâillements contraires à la nature et prolongés, et ils se font tout petits pour toucher l’intérieur de la bouche. Ce phénomène je ne l’avais jusqu’à ce jour pas compris, bien que l’ayant souvent éprouvé, mais j’ai entendu le saint Macaire m’en parler et donner comme preuve que ceux qui bâillent se signent la bouche selon une vieille et mystérieuse tradition. Tout cela, nous l’éprouvons parce que nous ne sommes pas assez vigilants et attentifs à la lecture et oublions que nous lisons les paroles saintes du Dieu vivant. »

Évagre le Pontique [fin du IVe siècle], Sur les pensées, Le Cerf, 1998, §33 , p 267. Traduction par Paul Géhin, Claire et Antoine Guillaumont.

Crédit illustrations : stone books sur Carole’s Country Store Blog

 

Pour poursuivre la route ensemble...
Arrivée au Centre, j’attends

J’avais oublié la brume, ce matin Orléans disparaît. Je descends tôt vers la Loire, à travers les ruelles aux pierres blanches qu’on devine douces, qu’on ne touche pas encore. Depuis que je sais marcher, à nouveau, que je ne me perds plus, j’avale les artères et les petites veines, les > Lire plus

Leon Tolstoi Le Diable Paméla Ramos Si tous moi non
Le sexe, tout le temps

À propos du Diable, de Léon Tolstoï | Le Diable veillait. Il se manifesta. Un frémissement, d’abord.

Robert Walser, L’obscurité d’un bel avenir

Don't let me falter, don't let me hide Don't let someone else decide Just who or what I will become I Am Kloot, Avenue of Hope « Je vais peut-être bientôt avoir un emploi dans une petite ville de province, ce qui serait pour moi à présent la meilleure des choses. > Lire plus

Rochester mon amour

Il parlait sans cesse de l’instant précis où il prenait une vie : de luminosité accrue, de grand silence. J’ai pensé à un orgasme, et je m’en suis voulu. Mauvaise, lubrique.  Petite, je pleurais la mort des méchants dans les dessins animés. Je n’ai pas supporté le regard que Godzilla lance > Lire plus

Plutôt mourir que crever ici | Paulina Dalmayer, Les Héroïques

Le cancer de Wanda ne lui laisse plus de doute : elle va en mourir, et rapidement. Abordant les soixante-dix ans sans comprendre où ils sont passés, celle qui dévora les promesses ambiguës d’une Pologne mal libérée se remémore ses amours, son métier de pédiatre, sa famille et les étapes > Lire plus

Armel Guerne et les Romantiques

"C'est la gloire des Romantiques, juste devant la précipitation des temps modernes qu'aucune main humaine bientôt n'allait pouvoir retenir, d'avoir écouté ce sang-là en eux-mêmes, d'avoir voulu pour notre temps, à la façon universelle des poètes, joindre encore et réappartenir plus sensiblement que jamais à cette humanité profonde, toujours la > Lire plus