C’est une véritable aubaine, en ce lundi de Pentecôte, de voir se présenter de façon si claire et bienveillante la nécessité de poursuivre, autrement et encore, ce que j’ai entamé il ya fort longtemps maintenant: un tri, porté par une voix.

Que cela s’impose simplement et sans aucun doute, grâce à la lecture de l’opus de Sébastien Lapaque tout juste paru chez Actes Sud, Autrement et encore, contre-journal.

C’est la solution qui s’impose, au terme d’un week-end long et gris, alors que je redécouvre la solitude passagère toute emplie des bruissements dont nous parle si bien Albert Camus, par la bouche de son Caligula. Toujours là, cette solitude, toujours là, cette solution, et plus surprenant, toujours présent, Caligula, premières amours adolescentes. « La solitude, tu la connais, toi, la solitude ? » rugissait-il déjà pour secouer la torpeur complaisante de mes quinze ans.

C’est que, comme le tragique insane inconscient de son pouvoir, je sais que tout autour de moi n’est que mensonge, « et moi, je veux vivre dans la vérité ! » 

Je veux dé-chiffrer le monde, tel que m’y invite Sébastien Lapaque : « Mais il faut s’obstiner à regarder le monde, s’obstiner à le comprendre pour combattre le mensonge, l’injustice et la mort qu’il véhicule. En toutes choses, l’ancien monde s’inquiétait de voir la lettre se substituer à l’esprit. Au terme d’une effrayante perte de principe spirituel, nous voyons, nous, le chiffre se substituer à la lettre. (…) Il est urgent de déchiffrer le monde – en redonnant à ce verbe dé-chiffrer, toutes ses énergies de sens. »

Je l’ai toujours voulu. J’ai cru pouvoir m’y soustraire pour toucher la grâce d’un silence plein et réconcilié. Mais rien n’y fait, je suis irriguée d’une parole qui ne peut rester tue. Je ne peux supporter ces bruits sans les équilibrer de ma contrepartie. Avec en bandoulière, le sang noir et la vue claire, le sacré et le cœur simple.

Pour poursuivre la route ensemble...
Kertesz journal de Galere
Inflagration | Journal de galère, d’Imre Kertész

Je ne crois pas le journal de Kertész très bien nommé. Il n’exhale pas tant de « galère » que de grand chagrin blanc, refoulé au plus loin, caressant la mort des yeux sans jamais la trouver. Il traduit une tourmente consommée, une tornade de malheur bien plus maîtrisée que celle d’un > Lire plus

Charles Bukowski | comment tout ça finira

Ils croient que je m’en fous, ils croient que je ne ressens rien sous prétexte que mon visage est flétri et que les yeux me sortent de la tête tandis que je parcours le journal hippique une bouteille à la main. Ils ressentent les choses de façon si CHARMANTE, les > Lire plus

Ernesto Sabato – «Tu auras à pardonner cette sorte d’insolence un nombre infini de fois »

Tu me demandes conseil, mais ces conseils je ne puis te les donner dans une simple lettre, ni même sous la forme des idées contenues dans mes essais, qui correspondent moins à ce que je suis véritablement qu’à ce que je voudrais être, si je n’étais incarné dans cette charogne > Lire plus

Guillaume Ancel, qu’a fait la France au Rwanda et à Sarajevo ?

« Je n’ai qu’une pièce du puzzle, mais ma pièce du puzzle est incompatible avec celui qu’on a vendu aux Français, je dis juste, lorsque j’interpelle les responsables de l’époque, que ce n’est pas le même jeu, alors où est l’image, où l’avez-vous cachée ? »

fringilla venenatis consectetur ultricies mattis eget ipsum facilisis amet, efficitur. accumsan

Pin It on Pinterest

Share This