« La datation indique que sur certaines fresques de la grotte de Chauvet, les dessins peuvent avoir 5000 ans d’écart. Une séquence sur une telle durée est proprement inimaginable pour nous actuellement. Nous sommes figés dans l’Histoire. Ils ne l’étaient pas. »

« C’est à Chauvet que se trouvent les seules représentations de panthères de l’art pariétal. »

« Une Vénus, seule représentation humaine de cette grotte, est enlacée par un bison: on peut donc voir comme 32 000 ans avant Picasso, le mythe du féminin et du Minotaure était déjà présent. »

« Un bison à huit pattes a été dessiné pour reproduire l’idée du mouvement: une forme de proto-cinéma. »

« Les animaux ont été reproduits comme si on pouvait les entendre: la gueule ouverte du cheval qui hennit, les pattes projetées en avant des taureaux qui se battent: on entend les cornes. »

« La trace du pied d’un enfant de huit ans se trouve à côté de la trace d’une patte de loup: le loup affamé l’a-t-il traqué, ou étaient-ils liés d’amitié ? 5000 ans ont-ils séparés ces deux traces ? Nous ne le saurons jamais. »

« Silence. Ecoutons le silence de la grotte. On y entendra nos propres battements de coeur. »

(propos reproduits de mémoire après visionnement de l’incroyable Grotte des rêves perdus, de Werner Herzog, 2011)

Pour poursuivre la route ensemble...
Dangers dans le ciel, Mayday, Air Crash : la Providence et le Conseil technique

« S’efforcer de voir la Providence à l’œuvre dans la vie privée est « également révoltante et pour l’intelligence et pour le cœur. » Quand la foudre tombe très près de quelqu’un sans le toucher, on dit souvent que la Providence lui a sauvé la vie, tandis que ceux qui se trouvent à > Lire plus

Ma musique sous ta botte | Julien Delmaire, Delta Blues

Delta Blues, commencé le cou sous la botte à rechercher son air se termine dans un tonnerre de cordes saturées, de bouffées humides de restes d’inondation et de tas de cendres des feux de croix de petites bites en cagoules de draps.

Kertesz journal de Galere
Inflagration | Journal de galère, d’Imre Kertész

Je ne crois pas le journal de Kertész très bien nommé. Il n’exhale pas tant de « galère » que de grand chagrin blanc, refoulé au plus loin, caressant la mort des yeux sans jamais la trouver. Il traduit une tourmente consommée, une tornade de malheur bien plus maîtrisée que celle d’un > Lire plus

Sept auteurs capitaux contre le royaume des imbéciles, 2.

Première partie ici. « Animaux, ô chers aimés, ô cruels, ô mourants ; en train de se débattre, engloutis, digérés et assimilés, prédateurs et pourrissant dans leur sang ; en fuite, rassemblés, solitaires, entrevus, débusqués, traqués, rompus ; incréés, privés de Dieu, abandonnés, dans une vie trompeuse ainsi que des enfants trouvés ! » gémit Elias > Lire plus

Mon Bison Gaya Wisniewski Paméla Ramos si tous moi non
Mon bison au fond du puits

À propos de GAYA WISNIEWSKI, MON BISON, 2018 | Ils comprennent qu’au fond clapote une eau gorgée d’herbes démentes, une eau qui ensorcelle et donne la vie, une eau qui crée des contes et trempe la mine pour libérer le trait.

Kubrick - However vast the darkness
However vast the darkness, we must supply our own light | Journal

Je tourne beaucoup autour de la lumière, qui, lorsqu'elle revient, renouvelle perpétuellement la santé mentale. Une grande chance que nous n'en manquions pas, dans nos plaines beauceronnes. Il est temps de sortir délicatement de la pénombre complaisante des mois frais.