Le chat pêcheur, également nommé chat viverrin, ou pour les Chinois « petite panthère longibande » en raison des motifs qui ornent son incroyable pelage, peut plonger et suivre sa proie sous l’eau durant plusieurs mètres, même si son mode opératoire est plus souvent de s’assoir sur un rocher et de frapper l’eau avec les palmures de sa patte.

Assez gros, de 75 à 85 cm et de 8 à 14 kilos, on l’a vu à Singapour tenter d’enlever un enfant de 4 mois, ou, en captivité, tuer un jeune léopard égaré dans son enclos.

En raison de la destruction rapide de son habitat (marais, mangroves, principalement en Asie du Sud-Est et en Inde), la survie de cette espèce à l’état sauvage est compromise dans un avenir proche.

Ce gros chat qui ne craint pas l’eau est l’un des représentants du mystère animal qui me passionne le plus: pourquoi la plupart des moyens et grands félins ont-ils des taches blanches derrière les oreilles ?

Rêver aux réponses (qui demeurent à l’état d’hypothèse, rien n’ayant pu être clairement démontré) en le regardant pêcher renouvelle inlassablement une poésie douloureuse, celle d’un univers qui s’enfuit avant même qu’on ait pu embrasser ni l’étendue de sa beauté, ni l’ombre de son explication.

chat viverin 2 

Sources: Les grands félins, Parragon, 2011 et Les Félins, Espèces, mode de vie, comportement, Komet, 2010. De visu: Le parc des félins, Seine-et-Marne.

Pour poursuivre la route ensemble...
santa muerte
Santa Muerte : que votre mort soit sanctifiée

Un noyau dur de pure folie semble grossir et prendre dans son ambre le moindre des mouvements encore libre. Je ne peux soutenir le regard retourné de ces habitants hantés par leur incalculable, irréparable malheur.

Ma condition parisienne, ou femme qui lit à moitié hors de ton lit

« Les codes de la péripatéticienne et du vulgaire sont plus que jamais la tendance automne-hiver 2009 », lis-je dans les dernières fulgurantes pages « Mode » du Nouvel Observateur, il y a quelques temps de cela. Et merde. L’inquiétude me prend. Ah bon, cela ne suffisait pas de sortir sans jupe ni pantalon, > Lire plus

De loin on dirait des mouches, de Kike Ferrari : le pouvoir des larves

Si tous moi non, sifflote le balayeur des souterrains, sur son quai bondé de solitudes alternées. Tous ceux qui dégradent l’esprit de ce monde, ne se tiennent jamais, je leur ferai manger la terre qu’ils ignorent, cracher les vers du nez. Donnez-moi un stylo.

Dangers dans le ciel, Mayday, Air Crash : la Providence et le Conseil technique

« S’efforcer de voir la Providence à l’œuvre dans la vie privée est « également révoltante et pour l’intelligence et pour le cœur. » Quand la foudre tombe très près de quelqu’un sans le toucher, on dit souvent que la Providence lui a sauvé la vie, tandis que ceux qui se trouvent à > Lire plus

L’absente, l’arabe et l’ukrainien | Carnets actifs

Mercredi 18 janvier 2023, 15H30 Fully prepared to bang the Beast before it turns human * On dit qu’il faut tout un village pour élever un seul enfant, c’est en convoquant régulièrement cet adage que je ne m’inquiète plus jamais de la bonne place auprès des miens. Je suis bien > Lire plus

Rues barbares Vol West Paméla Ramos si tous moi non
Rues barbares et loup solitaire

À propos de Rues barbares. Survivre en ville, de Vol West et Piero san Giorgio | « Je salue le courage des forces de l’ordre » serait d’ailleurs, à n’en point douter, la phrase furieusement tendance en ouverture de toutes les soirées de fin d’année parisiennes.

Vous souhaitez recevoir les articles ?

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.