« Je me disais : Vous que j’ai aimés, je ne vous aime plus ! Car vous qui m’avez aimé, vous ne « nous » avez pas aimés d’avoir pu encore aimer ! Dommage ! De ne plus aimer ceux que l’on a aimés laisse comme un creux en vous à l’exacte place qu’on leur avait faite. Ils sont là, sortes de fantômes d’amis ou d’amies qu’il est difficile d’oublier puisque l’absence, on le sait, possède une force de présence obsédante parfois. Voilà sans doute pourquoi ces pages pleines d’interrogations auxquelles « notre » bonheur quotidien répond. Je sais ce que j’ai vécu. Je sais ce que je vis. Et je sais maintenant en quel monde nous vivons. Après tant d’années passées à l’écart, sans télévision, sans journaux de basses médisances, sans autres références sur l’Homme que la lecture des œuvres les plus « hautes », l’écoute des musiques les plus « profondes », les traces peintes les plus « bouleversantes », me voilà depuis que la vie m’a débusqué de ce cercle « enchanté » dans lequel je m’étais enclos et dans lequel « on » m’a laissé bien clos et hors d’atteinte, oui voilà que je me réveille à un monde rappelant ces moments impardonnables où votre voisin, parfois votre frère, et parfois même vos enfants ou votre compagne peuvent vous dénoncer pour ne pas être conforme à l’idéologie imposée. Nous y sommes de nouveau ! Le souvenir des vilénies d’une partie des Français envers ceux qui ne s’étaient pas soumis s’efface, puisque sont en train de mourir les générations pour lesquelles la loi du plus fort tenait lieu de « droiture ». Ne l’oublions pas, dénoncer était un acte « citoyen » à l’égard des fidèles d’une France « loyale » par ce héros sénile qui s’en prétendait le père. Car nous ne devons jamais oublier que les pires saloperies se sont faites, se font et se feront toujours au nom du « bien ». Le « bien » est un habit, un masque, une raison, jamais une excuse. Le « bien » est confortable. À mesure de la marche de l’humanité, c’est toujours pour le « bien » que d’immenses tas de cadavres assassinés ont été abandonnés derrière elle. Ne doutons surtout jamais de la sincérité des délateurs, des tueurs, des collaborateurs de quelque cause que ce soit ! Ils « croient » à la nécessité positive de leurs forfaits. Ils sont persuadés qu’un jour on les honorera pour leur dévouement, pour leur « pureté », pour leur clairvoyance en ce « bien » au service duquel ils se sont mis. Oui, c’est toujours au nom du « bien » que l’on niera « l’autre », qu’on le fera souffrir, qu’on le torturera jusqu’à ce qu’il abjure ses convictions, sa foi… Alors que ce même « autre », en des circonstances symétriques, se montrera d’une égale férocité envers son « autre ». Quel pessimisme ! C’est vrai ! Tout ce que j’ai vu, lu, entendu au sujet de l’Homme m’y autorise. Tout ce que je vois, lis, entends au sujet de l’homme moderne m’y autorise encore plus ! Depuis que j’ai quitté le cercle des enchantements tracés par moi entre moi et le monde, en accédant aux transmissions des images simultanées du grand désastre humain, je mesure à quel point nous sont plus jamais nécessaires les mots disant ce que nous ne sommes pas et ne serons jamais. L’homme a toujours rêvé l’Homme et ne l’a jamais trouvé. »

Serge Rezvani, Ultime Amour, Les Belles Lettres, 2012, pages 130-31.

La seule foi que je me permets, Serge, celle que je me permets pour moi-même, pour toi et quelques autres épars, c’est qu’en ne cherchant plus l’Homme ni à convertir quiconque à mes vues et encore moins au « bien », mais en maintenant le cap entre les épaves, je puisse apercevoir les derniers hommes debout. En minuscule.

Crédits : Slinkachu. Abandoning miniatures since 2006

 

 

Pour poursuivre la route ensemble...
Arrivée au Centre, j’attends

J’avais oublié la brume, ce matin Orléans disparaît. Je descends tôt vers la Loire, à travers les ruelles aux pierres blanches qu’on devine douces, qu’on ne touche pas encore. Depuis que je sais marcher, à nouveau, que je ne me perds plus, j’avale les artères et les petites veines, les > Lire plus

Les arts viscéraux de Marcel Moreau

« Mets-toi aussi souvent que possible en position de caresser. (…) Mais lorsque tu luttes, alors pique, larde, tire, déchire, pulvérise. Ne caresse que ta victoire. -         Détruis-donc, mais ne le fais que si tu as la certitude de pouvoir ériger je ne sais quelle tour vertigineuse issue de ta folie, > Lire plus

H.M. Enzensberger : ce livre ne peut avoir de raison

Postface de l'auteur à l'ouvrage Politique et crime (1964): Vous venez de lire neuf essais cherchant à faire un peu de lumière sur certains rapports en raison desquels nous pouvons tous mourir, mais dont personne n'est responsable: le rapport entre la politique et le crime. Philosophe de l'Histoire, ethnologue, historien, > Lire plus

Il est odieux d’inculquer aux enfants la haine du vaincu

Comment se fabrique un véritable fasciste français ? J'entends, celui qui, en 1944, se fera fusiller par la Résistance à 26 ans, après des déboires moins épiques que laborieux, consignés dans un journal à nul autre pareil, révélant une ardeur et une sensibilité troublantes ?

Avertissement aux aveugles – L’Obscurité du dehors, de Cormac McCarthy

« Vous avez pas peur toute seule ? Un peu. Des fois. Pas vous ? Oui m’dame. J’ai toujours eu peur. Même quand y avait personne d’assassiné nulle part. » Peut-on présenter le moindre roman de Cormac McCarthy sans utiliser « ténèbre », « noirceur », « violence » ou autre « désespoir » > Lire plus

Bavure médicale – Les 700 aveugles de Bafia, de Mutt-Lon

Tiré d'une affaire réelle, quoique tout à fait méconnue, Les 700 aveugles de Bafia permettent à l'auteur camerounais Mutt-Lon, dont c'est ici le second roman, de déployer un récit narratif prenant, sensible et sobre. Composé en flash-backs imbriqués, le roman se dévore pour l'intrigue sans doute plus que pour sa > Lire plus

Vous souhaitez recevoir les articles ?

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.