Transformez-vous, je vous en conjure ! 

Origène.

 

« Même si le christianisme ouvrait ses portes aux femmes, aux esclaves et aux marginaux, il ne s’agissait pas d’un mouvement des déshérités, mais d’une avant-garde culturelle qui recueillait un soutien populaire.

C’est justement ce qui le rendait si dangereux aux yeux des gardiens de l’ordre ancien. Une secte ésotérique ou un mouvement de protestation agissant aux marges de la société pouvait être annihilé par la terreur, mais la pensée chrétienne avait des racines sociales et psychologiques plus profondes. Elle reflétait une nouvelle prise de conscience, largement répandue, du potentiel de croissance et de transformation spirituelles des individus. Le monde païen était un monde tout d’extériorité, où les rites religieux reflétaient leur participation à la vie publique en tant que membres d’une communauté civique traditionnelle. Le christianisme, en revanche, exprimait un nouveau sentiment d’intériorité, la perception d’un espace intérieur au sein duquel l’individu pouvait combattre le démon, communiquer avec  Dieu et découvrir sa propre identité spirituelle. Le message chrétien était profondément séduisant pour le nombre croissant de citoyens romains qui se sentaient frustrés par des rituels publics sclérosés et étaient en quête d’ « un Dieu avec lequel on puisse être seul ». »

Richard E. Rubenstein, Le jour où Jésus devint Dieu. L’ « affaire Arius » ou la grande querelle sur la divinité du Christ au dernier siècle de l’Empire romain, 1999, La Découverte (2004), pp 40-1.

Pour poursuivre la route ensemble...
Dantec et Attar, les oiseaux de guerre 1/2

« Si la seule solution est la mort, nous ne sommes pas sur la bonne voie. » Albert Camus, Les Justes. « You might have succedeed in changing me. I might have been turned around. It’s easier to leave than to be left behind, leaving was never my proud. » REM, Leaving New York. « À > Lire plus

La vie sous Terre (Ils ne sentent rien)

Et qui tolère le bruit est déjà un cadavre. Guido Ceronetti, La patience du brûlé. "Voici ce dont j'ai souvent été témoin empruntant l'une de ces vieilles lignes de train en sous-sol où c'est encore un conducteur humain aux commandes, et que dans la vitesse d'une longue courbe le wagon se > Lire plus

L’avenir écharné – Agustina Bazterrica, Cadavre exquis

… et son expression était si humaine qu’elle m’horrifia… Leopoldo Lugones La couverture du poche est d’une niaiserie sans explication à moins peut-être d’avoir voulu atténuer le choc, ce qui est parfaitement vain, en insinuant une sorte de chicklit facétieuse, ce qui est parfaitement faux, celle du grand format n’est > Lire plus

H.M. Enzensberger : ce livre ne peut avoir de raison

Postface de l'auteur à l'ouvrage Politique et crime (1964): Vous venez de lire neuf essais cherchant à faire un peu de lumière sur certains rapports en raison desquels nous pouvons tous mourir, mais dont personne n'est responsable: le rapport entre la politique et le crime. Philosophe de l'Histoire, ethnologue, historien, > Lire plus

Kertesz journal de Galere
Inflagration | Journal de galère, d’Imre Kertész

Je ne crois pas le journal de Kertész très bien nommé. Il n’exhale pas tant de « galère » que de grand chagrin blanc, refoulé au plus loin, caressant la mort des yeux sans jamais la trouver. Il traduit une tourmente consommée, une tornade de malheur bien plus maîtrisée que celle d’un > Lire plus

Un lecteur sauvage n’a pas d’identité – Comment devenir vivant, de Giuseppe Montesano

L’un de ces manuels qui nous font retrouver, tous les jours, le feu sacré, et renouveler perpétuellement nos vœux avec le sensible, le vital, et l’éprouvé, en opposition aux sinistres injonctions au sarcasme, au cynisme et à la désillusion.