Par « chorus mysticus » nous entendons – outre l’hommage fait à Goethe – l’imbrication et l’harmonie de toutes choses, de l’univers à l’esprit humain, qui assure qu’elles ne se délitent pas et que l’ordre, et non le chaos, soit le principe qui régit le monde.
C’est une sorte de théodicée, si l’on veut, quoique la raison demeure de savoir si Dieu se trouve à son fondement. Ce n’est donc pas une justification, mais une possibilité, une idée de Dieu, à travers la réalité évidente de l’ordre, malgré le mal du monde.
« Chorus mysticus » signifie donc le Tout, car celui-ci n’est pas chaos, mais justement chœur. Mais puisque son principe nous demeure impénétrable, c’est un mystère.

***

Depuis toujours, l’idée directrice de la Bodmeriana est le pentagone Homère – la Bible – Dante – Shakespeare – Goethe. C’est à partir de ce point médian de la littérature mondiale que s’est développée l’idée de saisir l’avoir-lieu spirituel de l’humanité à travers ses textes les plus importants. (…)

La tentative de rassembler des documents de ce patrimoine écrit mondial excède le cadre habituel d’une bibliothèque. Nous sommes conscients du caractère aventureux d’une telle entreprise. (…)

D’autres noms eussent pu être choisis – mais difficilement de mieux appropriés. Ils sont pour ainsi dire la réponse à la question de Zarathoustra : la terre a-t-elle un sens ? Oui ! Il réside dans ces figures historiques. Pas dans la surhumanité, mais dans ces esprits puissants, dont l’héritage nous nourrit, que nous le voulions ou non, que nous le sachions ou non. Il réside dans les forces psychiques, claires et sombres, qui se complètent et souvent se contredisent, et qui renferment tant la réalité que le secret de l’histoire, et que, pour cette raison, nous appelons le « Chorus mysticus ». Là est l’origine de la destinée humaine, là, le mystère de l’existence trouve une réponse temporaire. Sans ce cortège d’esprits, nous serions encore dans les cavernes, à fixer des yeux stupides et pensifs sur la création…
Aucune révolution, si radicale qu’elle puisse être, ne peut détruire la trace du génie que ce cortège a laissé derrière lui. Tout avenir vit de l’essence du passé. C’est là le sens du « Chorus mysticus ».

Martin Bodmer, De la littérature mondiale, anthologie éditée par Jérôme David et Cécile Neeser Hever. Traduction de l’allemand par Cécile Neeser Hever. Edition Ithaque, 2018, pages 194-196.

Fondateur de la Bibliotheca BodmerianaMartin Bodmer (Zurich, 1899 – Genève, 1971) était un grand bibliophile et collectionneur suisse. A l’origine du Prix Gottfried Keller, un prestigieux Prix littéraire, et de la revue Corona, membre fondateur de l’Association internationale des bibliophiles, il réunit au fil des décennies une des plus importantes collections privées de papyri, manuscrits, incunables et livres anciens au monde, aujourd’hui conservée et présentée au sein de la Fondation Martin Bodmer et de son musée. Trois semaines avant sa mort, il légua plus de 150 000 documents issus de près de 80 cultures différentes, reflétant trois mille ans de civilisation humaine sur Terre. Le mondialement célèbre bibliophile Hans Peter Kraus avait surnommé Martin Bodmer « le collectionneur par excellence » et « le roi des bibliophiles ».

Docteur honoris causa des universités de Francfort (1949), de Genève (1958) et de Berne (1967), il fut vice-président de la Croix-Rouge internationale de 1947 à 1964. Durant la Seconde Guerre mondiale, membre du Comité du CICR, il avait assumé la responsabilité du Secours Intellectuel, consistant à distribuer des livres aux prisonniers de guerre dans un but de soulagement moral et d’instruction. Pas moins d’un million et demi de livres avaient été envoyés aux prisonniers durant le conflit.

Source : http://fondationbodmer.ch/fondation/martin-bodmer/

Pour poursuivre la route ensemble...
Simone Weil, La Personne et le Sacré – Le cri est infaillible

« Il est inutile d’expliquer à une collectivité que dans chacune des unités qui la composent il y a quelque chose qu’elle ne doit pas violer. D’abord une collectivité n’est pas quelqu’un, sinon par fiction ; elle n’a pas d’existence, sinon abstraite ; lui parler est une opération fictive. Puis, si elle était > Lire plus

Se retrancher contre la plèbe – L’art du livre par André Suarès

"Comme une église s'offre à l'homme qui prie, le livre appelle une vie qu'anime la passion de connaître, qui cherche et qui médite. Un si bel objet, si pur et > Lire plus

« J’ai besoin de l’insécurité des tempêtes de neige » – Jim Harrison, En marge

« Aujourd’hui, la prolifération des ateliers d’écriture semble noyer le roman littéraire sous un monceau de banalités et d’uniformité. Au cours de ces dernières années, j’ai reçu plusieurs centaines de jeux d’épreuves et de manuscrits par an, et la plupart auraient gagné à ce que l’expérience de leur auteur ne se > Lire plus

Crise de nerfs en Toyota Corolla – Horacio Castellanos Moya, Le Dégoût

« La stupidité, on ne peut en venir à bout qu’en l’arrachant d’un coup, la stupidité humaine ne comprend rien aux demi-mesures. » Moya, attablé avec son ami Vega qui revient au Salvador enterrer sa mère après un exil de plusieurs années, écoute le long monologue de celui-ci qui a décidé, après > Lire plus

Junichirô Tanizaki, Éloge de l’ombre – La fallacieuse beauté de la pénombre

Tout bien pesé, c’est parce que nous autres, Orientaux, nous cherchons à nous accommoder des limites qui nous sont imposées que nous nous sommes de tout temps contentés de notre condition présente ; nous n’éprouvons par conséquent nulle répulsion à l’égard de ce qui est obscur, nous nous y résignons comme > Lire plus

Parking Péguy
Le Charles Péguy de personne

À propos du carnet de voyage Parking Péguy de Charles Coustille, photographies de Léo Lepage, à la recherche des lieux de France portant le nom de Charles Péguy.