Une nouvelle édition des Pensées pour moi-même de Marc Aurèle vient de paraître. Ou plutôt, la reprise identique de l’édition de 1947, traduite par A.-I. Trannoy et introduite par Aimé Puech, dans une nouvelle mise en page qui ouvre et ferme chacun des 12 livres par une illustration en noir et blanc de Scott Pennor’s. Je m’intéresse à Marc Aurèle depuis longtemps et j’ai profité de cette nouvelle édition pour me replonger, une fois encore, dans ces considérations extrêmement bénéfiques, jamais péremptoires, fermes et inébranlables dans leur fond, mais douces et bienveillantes dans leur formulation. Ce ne sont jamais des assertions autoritaires et hystériques, mais toujours des propositions. Des programmes personnels à tenter d’accomplir jour après jour après jour, malgré les invasions et les désastres. Dans le chaos, nous dit-il, il y aura toujours au moins une heure de repli sous une tente, celle-là même ou lui se réfugiait après d’âpres combats contre les barbares du Danube, pour tenter de demeurer droit tel le « promontoire, sur lequel sans cesse se brisent les vagues : lui reste debout, et autour de lui viennent mourir les bouillonnements du flots. » Employons cette seule heure, s’il n’en demeurait qu’une, à prendre du recul et soigner son âme.

Voici quelques propositions tirées des douze livres, parmi mes favorites, dans cette belle traduction que je suis fière de voir ici exhumée, et enluminée de gravures frappantes, pétries de finesses.

Ceci n’est pas un malheur. Mais le supporter noblement est un bonheur.  IV, 49

Rien n’arrive à un homme qu’il ne soit naturellement capable de supporter. V, 18

Une excellente manière de te défendre d’eux, c’est d’éviter de leur ressembler. VI, 6

Fouille en dedans. C’est en dedans qu’est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse, si tu fouilles toujours. VII, 59

Les hommes étant faits les uns pour les autres, instruis-les ou supporte-les. VIII, 59

Il ne s’agit pas du tout de discuter sur ce que doit être l’homme de bien, mais de lui ressembler. X, 16

Source : Pensées pour moi-même, de Marc Aurèle. Traduit du grec par A.-I. Trannoy. Introduction de Aimé Puech. Illustrations de Scott Pennor’s. Les Belles Lettres, 2015.

Scott Pennors

Illustration de Scott Pennor’s tirée du livre IV

 

 

Pour poursuivre la route ensemble...
True Detective, Fin de la foi

Louisiane. 1995. Les inspecteurs Marty Hart et Rust Cohle quittent leur première scène de crime sordide depuis qu'ils sont partenaires. « HART. Cette scène de crime, aujourd’hui, c’est le truc le plus tordu que j’ai jamais vu.  Je peux te demander un truc ? COHLE. Ouais HART. Tu es chrétien, pas vrai ? > Lire plus

Brice Erbland : De la hauteur

Crédit photo Qui n’appréhende rien présume trop de soi. Pierre Corneille, Polyeucte. À la mémoire des hommes tombés pour tous. J’ai terminé de lire Dans les griffes du Tigre, récits d’un officier pilote d’hélicoptère de combat, de Brice Erbland, la veille de l’annonce de l’entrée en guerre de la France aux côtés du > Lire plus

Les Carnets d’Albert Camus : Exercices solaires

Déguster les trois tomes des Carnets de Camus, c'est affronter les deux faces de son soleil invincible: l'or et le noir, tout au long d'un défilé d'aphorismes et de pensées brillantes, anecdotiques ou hermétiques. C'est également l'émotion de voir vieillir un homme de cœur, ambivalent et évoluant dans toute l'Europe > Lire plus

Lettre à une jeune guerrière, La Résistance d'Ernesto Sabato
Lettre à une jeune guerrière | La Résistance d’Ernesto Sabato

Il faut aimer son coin, Clarissa, même si tu le subis. Garder, comme préconise un personnage de Proust, un « grand morceau de ciel » constamment au-dessus de toi, que ton cœur dévasté y reflète l’état réel du monde, la présence constante du mal, la difficulté de faire le bien > Lire plus

Junichirô Tanizaki, Éloge de l’ombre – La fallacieuse beauté de la pénombre

Tout bien pesé, c’est parce que nous autres, Orientaux, nous cherchons à nous accommoder des limites qui nous sont imposées que nous nous sommes de tout temps contentés de notre condition présente ; nous n’éprouvons par conséquent nulle répulsion à l’égard de ce qui est obscur, nous nous y résignons comme > Lire plus

nunc massa diam lectus ipsum Donec id facilisis

Pin It on Pinterest

Share This