Une nouvelle édition des Pensées pour moi-même de Marc Aurèle vient de paraître. Ou plutôt, la reprise identique de l’édition de 1947, traduite par A.-I. Trannoy et introduite par Aimé Puech, dans une nouvelle mise en page qui ouvre et ferme chacun des 12 livres par une illustration en noir et blanc de Scott Pennor’s. Je m’intéresse à Marc Aurèle depuis longtemps et j’ai profité de cette nouvelle édition pour me replonger, une fois encore, dans ces considérations extrêmement bénéfiques, jamais péremptoires, fermes et inébranlables dans leur fond, mais douces et bienveillantes dans leur formulation. Ce ne sont jamais des assertions autoritaires et hystériques, mais toujours des propositions. Des programmes personnels à tenter d’accomplir jour après jour après jour, malgré les invasions et les désastres. Dans le chaos, nous dit-il, il y aura toujours au moins une heure de repli sous une tente, celle-là même ou lui se réfugiait après d’âpres combats contre les barbares du Danube, pour tenter de demeurer droit tel le « promontoire, sur lequel sans cesse se brisent les vagues : lui reste debout, et autour de lui viennent mourir les bouillonnements du flots. » Employons cette seule heure, s’il n’en demeurait qu’une, à prendre du recul et soigner son âme.

Voici quelques propositions tirées des douze livres, parmi mes favorites, dans cette belle traduction que je suis fière de voir ici exhumée, et enluminée de gravures frappantes, pétries de finesses.

Ceci n’est pas un malheur. Mais le supporter noblement est un bonheur.  IV, 49

Rien n’arrive à un homme qu’il ne soit naturellement capable de supporter. V, 18

Une excellente manière de te défendre d’eux, c’est d’éviter de leur ressembler. VI, 6

Fouille en dedans. C’est en dedans qu’est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse, si tu fouilles toujours. VII, 59

Les hommes étant faits les uns pour les autres, instruis-les ou supporte-les. VIII, 59

Il ne s’agit pas du tout de discuter sur ce que doit être l’homme de bien, mais de lui ressembler. X, 16

Source : Pensées pour moi-même, de Marc Aurèle. Traduit du grec par A.-I. Trannoy. Introduction de Aimé Puech. Illustrations de Scott Pennor’s. Les Belles Lettres, 2015.

Scott Pennors

Illustration de Scott Pennor’s tirée du livre IV

 

 

Pour poursuivre la route ensemble...
Arséni Tarkovski et la largeur russe

« Je suis une bougie, je me suis consumée tout au long du festin. Recueillez ma cire au matin, Et cette page vous dira tout bas Comment pleurer, de quoi être fier, Comment offrir Sa dernière part de gaieté avant de mourir, facilement, Et sous l’entrée d’un toit de hasard, Brûler > Lire plus

Sur Ecriture Charles Bukowski
Une clarté plus près de l’os | Sur l’écriture, de Charles Bukowski

Une lecture en roue libre de Charles Bukowski, Sur l'écriture, où l'on s'interrogera sur les limites et les outrances, et sur ce que peut un écrivain libre.

Ashram

Nous avons choisi la vie, nous sommes imprenables.

Autrement et encore

C'est une véritable aubaine, en ce lundi de Pentecôte, de voir se présenter de façon si claire et bienveillante la nécessité de poursuivre, autrement et encore, ce que j'ai entamé il ya fort longtemps maintenant: un tri, porté par une voix. Que cela s'impose simplement et sans aucun doute, grâce > Lire plus

Héros et tombes – sur Héros et Thanatos, d’Aurélien Lemant

Son petit livre ci-présent, une fois apprivoisé dans une paume assouplie, se révèle nourrissant, et surtout, et c'est tout de même bien ce qu'on peut décemment lui demander aussi, fourmille d'un divertissement boutant tout anodin hors de ses sphères. Il n'y a rien d'anodin, rien de superflu dans les anecdotes > Lire plus

Rues barbares Vol West Paméla Ramos si tous moi non
Rues barbares et loup solitaire

À propos de Rues barbares. Survivre en ville, de Vol West et Piero san Giorgio | « Je salue le courage des forces de l’ordre » serait d’ailleurs, à n’en point douter, la phrase furieusement tendance en ouverture de toutes les soirées de fin d’année parisiennes.