Une nouvelle édition des Pensées pour moi-même de Marc Aurèle vient de paraître. Ou plutôt, la reprise identique de l’édition de 1947, traduite par A.-I. Trannoy et introduite par Aimé Puech, dans une nouvelle mise en page qui ouvre et ferme chacun des 12 livres par une illustration en noir et blanc de Scott Pennor’s. Je m’intéresse à Marc Aurèle depuis longtemps et j’ai profité de cette nouvelle édition pour me replonger, une fois encore, dans ces considérations extrêmement bénéfiques, jamais péremptoires, fermes et inébranlables dans leur fond, mais douces et bienveillantes dans leur formulation. Ce ne sont jamais des assertions autoritaires et hystériques, mais toujours des propositions. Des programmes personnels à tenter d’accomplir jour après jour après jour, malgré les invasions et les désastres. Dans le chaos, nous dit-il, il y aura toujours au moins une heure de repli sous une tente, celle-là même ou lui se réfugiait après d’âpres combats contre les barbares du Danube, pour tenter de demeurer droit tel le « promontoire, sur lequel sans cesse se brisent les vagues : lui reste debout, et autour de lui viennent mourir les bouillonnements du flots. » Employons cette seule heure, s’il n’en demeurait qu’une, à prendre du recul et soigner son âme.

Voici quelques propositions tirées des douze livres, parmi mes favorites, dans cette belle traduction que je suis fière de voir ici exhumée, et enluminée de gravures frappantes, pétries de finesses.

Ceci n’est pas un malheur. Mais le supporter noblement est un bonheur.  IV, 49

Rien n’arrive à un homme qu’il ne soit naturellement capable de supporter. V, 18

Une excellente manière de te défendre d’eux, c’est d’éviter de leur ressembler. VI, 6

Fouille en dedans. C’est en dedans qu’est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse, si tu fouilles toujours. VII, 59

Les hommes étant faits les uns pour les autres, instruis-les ou supporte-les. VIII, 59

Il ne s’agit pas du tout de discuter sur ce que doit être l’homme de bien, mais de lui ressembler. X, 16

Source : Pensées pour moi-même, de Marc Aurèle. Traduit du grec par A.-I. Trannoy. Introduction de Aimé Puech. Illustrations de Scott Pennor’s. Les Belles Lettres, 2015.

Scott Pennors

Illustration de Scott Pennor’s tirée du livre IV

 

 

Pour poursuivre la route ensemble...
Le cerf dévorant le serpent

À Stéphane M. "Les cerfs sont nommés d'après leurs cornes. Ennemis des serpents, quand ils se sentent incommodés par la maladie, ils les font sortir de leurs trous en soufflant par leurs naseaux et, sans souffrir de leur venin mortel, ils se guérissent  en les dévorant.  C'est eux qui ont > Lire plus

Peter Kingsley, le carrefour de l’Enfer, la disparition & la liberté dans le cadre

Aujourd'hui, nombreux sont ceux qui s'intéressent à la disparition des espèces que le monde occidental est en train d'exterminer, mais nul ne remarque la plus extraordinaire de ces disparitions, celle du savoir de ce que nous sommes.

johnny hallyday road trip
Ne freine que devant Dieu – Road Trip, de Pierre Billon

Pierre Billon raconte trois road-trips en motos avec Johnny Hallyday, et nous fait rouler vers l'Ouest avec sa bande.

La guerre des ordinaires – Henry Lion Oldie, Invasion, journal d’Ukrainiens pacifiques

« Dis, général, de quel mal notre ère souffre-t-elle ? — Celui du siècle dernier. » Stupeur, consternation, impuissance, adaptation rapide à d’absurdes nouvelles conditions de subsistance, volontariat : voici le lot qui apparait désormais commun à chaque civil ordinaire confronté à une invasion ennemie. Pour les Henry Lion Oldie, > Lire plus

On ne dit pas putain ; Irkoutsk, de tête ; Heptanes Fraxion | Carnets actifs

il y a des contretemps putain il y a des contretemps qui sont essentiels Heptanes Fraxion, Nuit bleue Quand j’étais plus jeune, mais sans doute encore maintenant, c’est vrai, j’oublie, mon père jouait du synthé et il chantait dans des petits bars de Poitiers, ce qui me rendait confuse, je > Lire plus

Mais ce serait peine perdue que d’en parler à d’autres | Herman Hesse

« J’appris à négliger les querelles du monde et à considérer quelle part me revenait de la confusion et de la culpabilité générales… Car on peut toujours redevenir innocent, si l’on reconnaît sa faute et sa souffrance et qu’on les supporte jusqu’au bout au lieu de mettre les autres en accusation… > Lire plus