Mus par un sang noir hautement concentré, les hommes des bois sacrifient toute concession aux exigences de la vie normale (confort, hygiène, sociabilité) sur l’autel d’une existence entièrement adonnée à la forêt. Comme ce fut le cas pour leurs prédécesseurs illustres ou restés dans l’ombre, la force de cet enfièvrement particulier fait d’eux d’irréductibles êtres de la marge.
Identifiés selon leur position relative à la fièvre, les chasseurs inscrivent leurs gestes, aussi étranges puissent-ils paraître (boire le sang, s’arroser de sperme, consommer des testicules, habiter dans une cabane rudimentaire, etc.), dans un champs culturel significatif. Aucun jugement d’ordre moral ne viendra sanctionner tel genre de vie ou telle manière de faire. Le village se borne à observer, à lire les signes et à commenter l’évolution des enfièvrements.

Bertrand Hell, Sang noir. Chasse, forêt et mythe de l’homme sauvage en Europe, L’Oeil d’or, page 50.

Pour poursuivre la route ensemble...
Arrivée au Centre, j’attends

J’avais oublié la brume, ce matin Orléans disparaît. Je descends tôt vers la Loire, à travers les ruelles aux pierres blanches qu’on devine douces, qu’on ne touche pas encore. Depuis que je sais marcher, à nouveau, que je ne me perds plus, j’avale les artères et les petites veines, les > Lire plus

L’odeur suave du tueur

Ce clitocybe n'a d'agréable que son odeur, car les douleurs produites par sa consommation sont épouvantables.

Love birds songlines – Ali Cobby Eckermann, Ruby Moonlight

Le minier Jack et sa gemme Ruby s’enfoncent dans une nuit où ils voient, ils ne s’appartiennent pas mais se quittent et se retrouvent au rythme de leurs quêtes solitaires, alors que la violence stridente des possédés et des possédants, autour d’eux, fait rage et constamment les menace.

Plutarque et les ridicules
Plutarque, la fausse honte et la louange discrète de soi

Où je vous donne quelques éléments de langage pour commenter sur Internet.

Serge Rezvani, Leçons de vie

[J'ai eu aujourd'hui l'honneur de visiter Serge Rezvani dans sa maison parisienne. Le prétexte était de lui faire signer quelques livres à destination de lecteurs sensibles à ces attentions. Je voulais surtout voir ses tableaux, invisibles en ligne. J'ai obtenu ce jour plusieurs marques de confiance de la part de > Lire plus

Kubrick - However vast the darkness
However vast the darkness, we must supply our own light | Journal

Je tourne beaucoup autour de la lumière, qui, lorsqu'elle revient, renouvelle perpétuellement la santé mentale. Une grande chance que nous n'en manquions pas, dans nos plaines beauceronnes. Il est temps de sortir délicatement de la pénombre complaisante des mois frais.