« Dans le sud de la Sibérie, en plein cœur de l’hiver, il fait nuit jusqu’à huit heures du matin. De la fenêtre de la petite chambre gelée que j’occupais à l’hôtel Vladivostok, j’avais une belle vue sur l’immensité blanche de la baie de l’Amour : quand le jour se leva, les silhouettes voûtées des charognards se détachaient déjà tels des chiffres noirs sur la mer de glace. Après avoir bu un bon café chaud je sortis explorer les lieux et découvrir le fruit de leur pêche, un petit éperlan, appelé kariouchka. L’endurance de ces volatiles pêcheurs n’avait d’égal que celle des marchands de poisson du front de mer, qui proposaient  des crabes royaux, des saumons bossus, des carpes, des harengs, des merlans et une sorte de morue ainsi que certains poissons rares, comme la truite verte géante appelée taimen. Les poissonniers doivent affronter le vent glacial de la baie, où les seuls oiseaux que l’on trouve sont des durs à cuire comme la mouette à queue noire et les aigles de mer.
Une heure plus tard, le ciel et la glace devinrent bleus et on commença à distinguer les couleurs ternes des vêtements des poissonniers courtauds. Une pie s’envola dans un grand bruit d’ailes pour aller se poser sur un chêne de Mongolie du front de mer, où une grande statue de tigre, en bronze, jouait les sentinelles du port. Durant l’hiver particulièrement rigoureux de 1986, quatre tigres s’aventurèrent en pleine ville. Le dernier était un mâle de 220 kilos qui dévora un chien. Malgré la place d’honneur qu’occupe le grand félin sur les armoiries de la ville, le maraudeur fut abattu depuis un hélicoptère. Dans une rue voisine qui donne sur le port se trouve le musée Arseniev, du nom de l’explorateur, où l’on peut voir des spécimens poussiéreux de lynx, de tigres et léopards de l’Amour, probablement rapportés à l’époque de Dersou. »

Peter Matthiessen, Tigres dans la neige, traduit par Isabelle de Couliboeuf, Actes Sud, pages 122-123.

Pour poursuivre la route ensemble...
Kubrick - However vast the darkness
However vast the darkness, we must supply our own light | Journal

Je tourne beaucoup autour de la lumière, qui, lorsqu'elle revient, renouvelle perpétuellement la santé mentale. Une grande chance que nous n'en manquions pas, dans nos plaines beauceronnes. Il est temps de sortir délicatement de la pénombre complaisante des mois frais.

Au fond du trou – Jean-Paul Dubois, Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon

Précis, calme, résigné, un roman qui mène à ce qui nous consume tous plus ou moins à la fin d'une longue journée : un peu de justice sans loi, un peu de justice sans autorisation, la ferme attention au monde de ceux qui se planquent le temps qu'il faut pour > Lire plus

Le noir positif et la belle vie difficile | Karen Blixen

« Les grands calaos sont des oiseaux très étranges. Les voir est une expérience en soi, pas entièrement plaisante du reste, car ils ont l’air si omniscients. Un matin, avant le lever du soleil, j’ai été réveillée par un caquetage aigu devant la maison et, en sortant sur la terrasse, j’ai > Lire plus

De l’impossibilité d’être intellectuel et moral – Fernando Pessoa, L’Education du stoïcien

Le Baron de Teive, 20e du nom d’une illustre famille portugaise, va se donner la mort. Intellectuel et moral, il n’a rien pu laisser derrière lui, préférant brûler ses ébauches de manuscrits. Seul un ultime journal, courtes pages laissées en guise de témoignage testament, nous serait parvenu sous le nom > Lire plus

Bavure médicale – Les 700 aveugles de Bafia, de Mutt-Lon

Tiré d'une affaire réelle, quoique tout à fait méconnue, Les 700 aveugles de Bafia permettent à l'auteur camerounais Mutt-Lon, dont c'est ici le second roman, de déployer un récit narratif prenant, sensible et sobre. Composé en flash-backs imbriqués, le roman se dévore pour l'intrigue sans doute plus que pour sa > Lire plus

Sept auteurs capitaux contre le royaume des imbéciles, 2.

Première partie ici. « Animaux, ô chers aimés, ô cruels, ô mourants ; en train de se débattre, engloutis, digérés et assimilés, prédateurs et pourrissant dans leur sang ; en fuite, rassemblés, solitaires, entrevus, débusqués, traqués, rompus ; incréés, privés de Dieu, abandonnés, dans une vie trompeuse ainsi que des enfants trouvés ! » gémit Elias > Lire plus