Les siestes du Ranch : le déploiement des aides humanitaires intérieures.
Nous sommes après le repas. Tout le monde dort. Tout le monde ? Non, au Ranch, la taulière veille et cherche sur son vieux talkie à capter les êtres encore debout, en émettant en boucle les extraits les plus saillants de ses ouvrages fondateurs.]

« Mon combat n’est pas moral, il est d’abord physique. Donc j’insiste sur ce mot « combat », car c’est de cela qu’il est question durant toute la vie, c’est un combat qu’il faut mener, mais un combat vital, littéralement « pour la vie ». Il faut que l’homme du XXIe siècle redevienne un homme d’action. »

« [Mon combat vital] fera des citadins initiés, redécouvrant la nature dans la ville. Ceux-là redeviendront des hommes à part entière, et non plus des pleutres malheureux, rendus arrogants par une intelligence détournée, des cérébraux couards, forts en gueule mais suant la peur, l’hypocrisie, la lâcheté et en fin de compte la mort.
Si en effet l’homme s’initie à vivre dans les villes, il en redeviendra un acteur qui vivra selon les lois de la nature, un acteur qui retrouvera l’énergie vitale pour lui-même, cette énergie aujourd’hui détournée par les lois mécaniques.
Mon combat vital est fait pour cette initiation. Je vis sous les toits de Paris, je m’entraîne dans cette capitale où j’ai conscience du cosmos, du tellurique et de mon corps. (…) Ma respiration, ma nourriture et ma purification ne seraient pas globalement différentes si je vivais dans les Vosges ou en Bretagne. (…)
Je vais plus loin encore. J’affirme que l’autre nature, celle qui n’est pas ajoutée par les hommes, mais au contraire salie et souvent détruite par eux, cette campagne va être sauvée par les citadins. En vivant loin d’elle, ils vont la redécouvrir grâce à la ville et, prenant conscience du besoin absolu qu’ils ont d’elle, ils seront prêts à la défendre mieux même que ceux qui vivent dedans. (…)

Alors ces citadins iront dans la nature extérieure à la métropole. Ce sera pour eux comme une espèce de paradis retrouvé, d’apothéose. Ils l’auront méritée ! Ils sauront la protéger mieux que jamais et, s’il le faut, avec les poings.
Avec les poings !
Un code de vie est aussi un code moral. Et celui du citadin initié est d’une force inouïe.(…)

Heureux, le citadin initié, libéré de la peur, l’esprit radieux, le corps renforcé, adroit et puissant, ignorant l’égoïsme du méchant et la passivité du poltron, viendra en aide aux faibles en danger. Il le fera en portant son concours efficace aux corps constitués par la société, soit à titre préventif – par sa force dissuasive ou son intervention isolée – , soit d’une manière active aux côtés des pompiers, des secouristes, voire des policiers. (…)

L’homme doit retrouver son corps. Il est doué d’intelligence, affirme Arnaud Desjardins. Certainement. « Aujourd’hui, pour n’importe quelle activité dans laquelle l’érudition ne joue qu’un rôle limité, on recrute selon les niveaux d’étude.
– Oui, répondent les recruteurs, on sait que ça ne servira à rien plus tard, mais que voulez-vous, il faut bien un critère pour sélectionner les gens.
– Je vous demande, poursuit Desjardins, d’échapper à cette déformation moderne et de bien comprendre que l’homme, comme l’a dit Gurdjieff, est un être tricérébral, plus un cerveau sexuel particulier et que vous pouvez développer autant qu’il est possible l’intelligence du corps. (…)
Certains glissent et tombent, d’autres glissent et savent comment reprendre leur équilibre. Cette intelligence du corps intervient dans toute activité physique et éduquer la fonction motrice ce n’est pas seulement augmenter la force musculaire ni la souplesse, c’est éduquer l’intelligence. »
Le corps, le corps, le corps.
Réapprenons le corps. Réapprenons à respirer, à manger et à nous relaxer. C’est un travail quotidien indispensable pour recharger ses accus, pour défendre complètement son organisme et capter une énergie totale. Alors le cérébral sera libéré lui aussi et retrouvera sa véritable dimension. L’homme redécouvrira le goût de l’action, et à nouveau l’attrait du dépassement de soi aura un sens pour lui. Ayant de la volonté, il aura du courage ! (…)

Cessant de dépendre des sociétés, des institutions et des circuits aliénants créés par elles, l’homme reconquerra son indépendance et il méprisera les faux refuges. »

 

Don Jean Habrey, Combat vital, éditions Robert Laffont (1986, épuisé)

La pause musicale :

Pour poursuivre la route ensemble...
Ernst Jünger – « Nous étions trop les uns sur les autres»

Et l’homme est bon. Sinon, comment pourrait-on vivre à ce point les uns sur les autres ? Chacun le dit en parlant de lui-même. Personne n’a été l’agresseur. Tout le monde a été l’agressé.

Désorientation

Walton Goggins est complètement shakespearien, me disais-je en empruntant l’avenue des Champs Elysées dans le mauvais sens. Tragique Shane Vendrell, déchu Boyd Crowder… quarante balais et deux rôles. Et quels deux rôles…j’ai tout pris je n’ai rien laissé et en veux déjà d’autre. Arrivée à Concorde je fus prise d’un > Lire plus

Supposons que vous soyez exceptionnel | Mark Z. Danielewski

Dans son inénarrable Maison des feuilles, Mark Z. Danielewski cite un ouvrage fictionnel, The Architecture of Art de Cassandra Rissman LaRue, dans lequel se trouverait une définition des « célèbres sept étapes vers l’accomplissement ». Elles sont à elles seules, dissimulées dans les fondations solides que sont ces notes de bas de > Lire plus

Junichirô Tanizaki, Éloge de l’ombre – La fallacieuse beauté de la pénombre

Tout bien pesé, c’est parce que nous autres, Orientaux, nous cherchons à nous accommoder des limites qui nous sont imposées que nous nous sommes de tout temps contentés de notre condition présente ; nous n’éprouvons par conséquent nulle répulsion à l’égard de ce qui est obscur, nous nous y résignons comme > Lire plus

New-York n’existe pas

Les recherches au sol n’ont rien donné. J’arrête. L‘apologie du vide est prétentieuse, disons que l’étendue d’eau n’en finit plus, il n’y a pas de Nouveau Monde pour cette fois. Et finalement, la dérive devient une berceuse, je n’ai pas peur pour moi, si je coule le poids de mon > Lire plus

adipiscing massa vel, ut vulputate, nunc at non dictum ipsum venenatis eget

Pin It on Pinterest

Share This