Fictions – Récits

Ce que j'écris, qui n'a pas de cadre et encore moins d'excuses.

Moiteur des cuves

La fenêtre a claqué brutalement sous l’effet d’une soudaine bourrasque, le temps changeait encore. Les montagnes baignaient à présent dans une soupe de brume et paraissaient moins hautes. Elle remonta sa bretelle et constata de la poussière sur sa robe. Ses jambes...

lire plus

Mergitur

Pour Alain Giorgetti qui m'a accueillie "à la dérive". C’est fini, mais c’est fait. L’eau avait presque emporté le banc. Julien le regardait se noyer, et l’eau, inlassablement monter, incapable de céder à la panique alentour. Il n’avait pas de souvenir particulier...

lire plus

Le lien

Il y a bien un lien, songea-t-elle en attendant que sa base durcissante sèche. En dehors du grand rire profond, celui qui ne lâche jamais et exténue les désespérances. Il y a un lien, son mors éclate mes commissures. D’ailleurs. Il y a obligatoirement un lien, et si...

lire plus

Adrian | End Credits

Les petites ruines du monde méditerranéen ne suffisent plus au besoin de ruines qu’éprouve mon cœur dévasté. Il me faut la désolation, les cataclysmes de l’Orient, ses vastes destructions de races, ses déserts. La salle des Niebelungen ne me suffit pas. Il me faut la...

lire plus

Bandol

On a derrière nous, en ombre qui attend sur le chemin, l’année. Cette année d’impatiences, de labeurs, de souffrances, parfois. Une année d’éclats de voix et de rires, de peurs paniques, de nausées du décalage. Une année de crashs et de festins lugubres, de discours mécaniques dans des postes éreintés, de regards vides et parfois, dans une fulgurance, tristes à n’en pouvoir plus supporter.

lire plus

Projections

Illustration : Shadow sculpture, Tim Noble & Sue Webster.   Une âme habituée est une âme morte. Charles Péguy.   Il m’ouvre la porte avec un sourire légèrement tendu vers une autre, je vois simplement qu’il est hanté. Je n’avais aucun moyen de le savoir. Dans le...

lire plus

T’en fais pas, mon ptit loup

« T’as qu’à lire Kirikou. » Qu’il me balance. Je lui demande « ah bon, et pourquoi ? » « Et bien tu saurais que la sorcière a une épine dans le dos, et que c’est peut-être comme moi, peut-être que moi aussi je souffre. » Il vient d’avoir sept ans, je n’ai pas lu...

lire plus

Rochester mon amour

Il parlait sans cesse de l’instant précis où il prenait une vie : de luminosité accrue, de grand silence. J’ai pensé à un orgasme, et je m’en suis voulu. Mauvaise, lubrique.  Petite, je pleurais la mort des méchants dans les dessins animés. Je n’ai pas supporté le...

lire plus
libero. eleifend massa elementum et, dapibus

Pin It on Pinterest